Il neige et tu es dans le laboratoire informatique en train de fermer à clé à la fin de tes heures de bureau. Ton dernier élève vient de partir. Il fait nuit dehors et tu t’inquiètes de conduire ta nouvelle voiture dans la neige. Tu es également distraite parce que ton élève préféré a annulé sa session d’étude. Tu attends jusqu’à 20h30 et tu dis : “Et puis merde, je rentre à la maison”. Juste à ce moment-là, la porte s’ouvre et il entre, couvert de neige.

Il a enfermé ses clés dans sa voiture et a marché près d’un kilomètre pour arriver jusqu’ici. “Je suis vraiment désolé”, dit-il. Et tu souris en pensant : “Je l’ai juste là où je le veux”.

Il se tient devant toi, frissonnant et sans clés de voiture. Tu attends, tu le regardes et tu attends encore, en faisant semblant d’être en colère.

Il dit : “Mon jeu de clés supplémentaire est chez mon ami. Pourrais-tu s’il te plaît me ramener ?”

“Maintenant, je l’ai vraiment”, te dis-tu. “Bien sûr, mais c’est toi qui conduis.” Et tu lui jettes les clés.

Vous sortez tous les deux de la maison et la neige s’est vraiment intensifiée. Il y a environ 15 cm sur le sol et les chasse-neige parcourent la rue de long en large. Tu le fais marcher devant toi, en regardant sa carcasse volumineuse descendre les marches. Ta voiture est au coin de la rue et quand tu y arrives, tu ouvres le coffre et lui tends la brosse à neige, tu croises les bras et tu attends qu’il se mette au travail. “Je vais lui faire mériter cette balade”, pense-tu.

Bientôt, la voiture est nettoyée, réchauffée et tu roules sur l’avenue. Tu es un peu nerveuse et tu as besoin d’une cigarette, alors, sans le prévenir, tu passes ta main sous son siège et la frôle contre sa jambe. Il sursaute un peu et tu peux le voir tourner la tête vers toi dans l’obscurité. Tu sors une cigarette et tu te dis : “Ça fait trop longtemps que j’attends ça ; amusons-nous un peu avec lui”.

Tu changes d’avis et décides de remettre les cigarettes, en glissant à nouveau ta main derrière son mollet musclé. Lorsque le dos de ta main frôle son pantalon, tu réalises qu’il est trempé, et froid. “Tu es gelée. Et tu trembles. Tu vas bien ?”

Tu poses tes deux mains sur le haut de sa cuisse et tu la frottes, pour essayer de le réchauffer. Les muscles de ses jambes sont énormes.

Quinze minutes plus tard, tu es dans l’appartement d’un ami, un autre joueur de crosse, qui est sorti pour la nuit. Tu es sur le canapé et il est dans la salle de bain, en train de se changer pour enfiler une paire de sweats.

C’est un appartement universitaire typique – baby-foot, panneaux de bière et vaisselle sale dans l’évier. Ton manteau est enlevé et tu es excitée mais nerveuse, les mains un peu moites. Tu réalises que tu es aussi excitée que tu ne l’as été depuis longtemps et tu te souviens de la dernière fois que tu as pensé à lui, chez toi, dans ton lit avec un vibromasseur sur ton clito, en imaginant son visage enfoui entre tes jambes. Tu fermes les yeux pendant 10 secondes. Quand tu les ouvres, il est debout devant toi.

Il porte le sweat-shirt de son ami et un T-shirt, qui sont tous deux un peu petits. Sa taille est à la hauteur de ses yeux, et tu peux voir le contour de sa queue qui traverse le tissu.

Tu lèves les yeux vers lui et il te regarde, toujours en train de frissonner. Tes mains passent derrière ses genoux et tu le rapproches en souriant. Il a l’air nerveux mais tu peux voir que son pénis commence à grandir, repoussant le sweat. Tu lâches ses jambes, tu te penches en arrière sur le canapé et tu étires tes jambes, les enroulant autour de ses chevilles. Il est un peu instable sur ses pieds, probablement parce qu’il a froid, est à moitié habillé et est excité. Le fait que tu l’épingles au canapé aide aussi.

Tu lèves à nouveau les yeux vers lui et lui demande “Qu’est-ce qui ne va pas – tu vas bien ?”, en faisant un signe de tête vers sa queue qui grandit.

“Que veux-tu voir ?” demande-tu en lui souriant.

Il murmure rauquement “Toi”.

Tu déboutonnes ton bouton du haut. “C’est suffisant ?”

Il secoue la tête, non.

Tu en enlèves deux autres, lui montrant juste ton soutien-gorge en dentelle.

Tu regardes son visage, ses bras et sa poitrine musclés et tu reviens au sweat-shirt. Sa queue sort d’environ 10 cm et pulse de haut en bas. Sa respiration est lourde et tu lui demandes : “Tu en veux encore ?”.

Tu déboutonnes le reste de ta chemise, tu arques le dos et elle glisse sur tes côtés. Tes mamelons ressortent, poussant à travers ton soutien-gorge en dentelle noire. Ils sont durs comme le roc, si durs qu’ils font mal. Tu regardes ses yeux parcourir tes seins pendant que tu les rapproches lentement, en le regardant fixement. Tu mets ta main jusqu’à sa queue et la remue un peu. La sensation du coton qui frotte contre la tête le fait se pencher et gémir. Tu bouges tes jambes et il perd l’équilibre, tombant sur le cul devant toi. Cela brise la tension et vous riez tous les deux.

Il se relève sur ses mains et ses genoux et rampe vers toi. Tu es toujours penchée en arrière en le regardant, attendant son prochain mouvement.

Tu te redresses lentement. Il ne peut pas te quitter des yeux – il regarde de ton visage à ta poitrine. Tu peux dire qu’il est tout aussi excité que toi, peut-être même plus. Avant que tu n’aies pu te redresser complètement, il te pousse vers le bas avec ses mains sur tes épaules. Il met son visage juste à côté du tien – tu peux sentir l’odeur de la neige sur lui – et commence à t’embrasser fort. Tes lèvres sont verrouillées l’une à l’autre et tu gémis dans ta bouche, faisant glisser tes langues l’une contre l’autre, claquant des dents.

Cela dure environ 10 minutes, juste des baisers et des suçons sur le cou, les oreilles et les lèvres.

Il chuchote à ton oreille et suce tes lobes d’oreilles lisses. Il te dit à quel point il a envie de toi, combien tu es sexy et que le simple fait d’être à côté de toi le fait bander. Tu lui dis des choses similaires et arque le dos à nouveau, pour enlever ton soutien-gorge.

Il pose doucement sa grande main sur ton ventre. “Shhhh, nous avons beaucoup de temps. Mon ami ne sera pas à la maison avant des heures.”

Tu t’enfonces à nouveau dans le canapé, et il se place juste devant toi et embrasse à nouveau ton cou. Plus doux cette fois, plus délibéré. Il passe doucement ses lèvres sur tes joues et ta nuque – en grignotant ta peau.

Il est à genoux et tes jambes sont de part et d’autre de ses hanches et il se penche et te tire vers lui, jusqu’à ce que tu puisses sentir sa queue s’écraser contre ton entrejambe.

Ton souffle s’emballe lorsqu’il commence à embrasser ta clavicule, vers l’avant de ton cou, jusqu’à la base de l’os et en passant doucement sa langue et ses lèvres sur ta peau.

Tu peux sentir ta chatte devenir de plus en plus humide, fuyant dans ta culotte. Tu t’es sentie chaude en bas à la minute où il est entré dans la pièce, plus tôt à l’école, alors ton jean est maintenant trempé de tes jus.

Il chatouille le haut de ton décolleté avec ses doigts, et les passe sur tes seins couverts de dentelle. Il tambourine ses doigts sur eux jusqu’à ce qu’il effleure un téton, remontant à travers le tissu. Tu frissonnes et reprends ton souffle. Il le pince légèrement et le fait rouler entre son pouce et son index et tu te tortilles sous lui. Puis il fait de même avec l’autre téton et tu gémis. Cela te rend folle et tu ne peux pas t’empêcher de t’enfoncer dans sa queue, la frottant contre lui. Il se retire un peu et sourit.

Il te sourit maintenant.

Il se recule et attrape son jean mouillé sur le sol à côté du canapé. Il s’assoit et fait pendre un trousseau de clés entre ses doigts.

Il te dit qu’il n’a jamais perdu ses clés, mais qu’il savait que tu le laisserais te séduire si l’occasion se présentait. Mais il ne s’attendait pas à ce que tu essaies de le séduire.

Tu veux te lever et sortir mais tu es tellement mouillée. Tes mamelons te font mal. Tu es pratiquement haletante, pas de colère, mais de – il n’y a pas d’autre mot – luxure. À ce moment-là, tu sais que tu vas le laisser entrer en toi. Tu vas le baiser ; il n’y a pas de retour en arrière possible.

Tu enroules ton bras autour de son cou et tu commences à l’embrasser encore plus fort qu’avant, enfonçant ta langue dans sa bouche, essayant d’aspirer l’air de son corps. Il t’embrasse en retour, goûtant ta langue. Tu sens ses mains qui tirent sur le bouton de ton jean, déchirant ta braguette.

Tu vas l’aider et il repousse tes mains. Il ne fait pas qu’enlever tes vêtements, il te déshabille. Bientôt, ton jean est autour de tes chevilles et il te soulève, retirant ton pantalon. Tes jambes pendent du canapé et sont de chaque côté de lui.

Lentement, il descend son sweat-shirt et sa viande sort. Elle est si dure qu’elle est violette. Il s’avance vers toi et la pose juste devant tes lèvres. Tu prends la tête dans ta bouche et tu peux la sentir tressaillir.

Vous savez tous les deux que si vous faites ça trop longtemps, il va exploser, mais le goût est trop bon. La tête est énorme et tu dois ouvrir grand la bouche pour la faire entrer en entier. Mais il ne veut pas se laisser aller, même si c’est si bon, et il se retire.

Accroupi au-dessus de toi, il commence à passer ses mains sur tes seins soyeux, toujours dans le soutien-gorge. Lorsqu’il glisse à nouveau son pouce sur ton mamelon, tu frissonnes et commences à gémir. Tes tétons sont si sensibles et si gros que tu ne peux pas t’empêcher de gémir et de frotter ton cul contre le canapé pour lui dire combien c’est bon.

Il se remet à genoux, penche la tête en avant et se bloque sur ton téton droit, tirant légèrement dessus avec ses dents à travers la dentelle. Puis il se déplace vers le gauche, faisant de même en serrant l’autre, mouillé de sa salive.

Tu te trémousses, tu l’appelles et tu lui demandes de toucher ta chatte, tu dis “chatte” à voix haute comme une salope, tu le supplies de mettre ses doigts en toi. Bientôt, il a défait ton soutien-gorge et il enlève complètement son sweat-shirt, ainsi que sa chemise. Tu fais courir tes mains sur tout son corps et il commence à lécher ton ventre, le long de ta taille, de haut en bas…

Il gratte légèrement le long de tes côtés et grignote vers ton nombril et le haut de ta culotte collante. Sa langue se glisse sous la ceinture et il la fait passer sur une hanche puis sur l’autre, plongeant sa langue plus profondément quand il passe sur ta chatte.

Une pointe de langue glisse plus bas, sur ta culotte jusqu’à l’endroit humide et il se berce dans ta fente sexy, roulant sur tes lèvres pendant que tu hyperventiles. Il s’agenouille jusqu’à ton visage et t’embrasse à nouveau, demandant la permission de t’exposer. Tu fredonnes dans sa bouche et soulève tes hanches du canapé et il abaisse lentement la lingerie humide.

Il écarte tes jambes et ta chatte rose et humide est ouverte devant ses yeux.

“Je veux te goûter.”

Tu te penches en arrière et te prépares à être mangée. Cela fait trop longtemps que tu n’as pas eu de langue sur ta fente.

Il s’assoit sur le sol et te tire en avant pour que tu drapes tes jambes sur ses épaules. Tu es à quelques centimètres de son visage. Les lèvres de ta chatte sont ouvertes et ton clito dépasse, luisant. Il souffle dessus un tout petit peu. Et tu gémis, suppliant sa langue. Il a d’autres plans, il veut y aller doucement.

Il souffle légèrement sur ton clito et de haut en bas sur tes lèvres, partout. Tes hanches se déhanchent et tu as l’impression que tu pourrais jouir juste là. Tu sens sa langue remonter tout le long de ta fente, depuis le bord de ton cul, jusqu’à ce qu’elle s’arrête juste sous ton clito. Il te taquine ; il sait que tu es prête à éclater mais veut l’étirer.

Tu fermes les yeux et attends son prochain mouvement, en tremblant. Une langue s’attaque à l’une de tes lèvres, remontant sur le côté et redescendant lentement. Elle passe à l’autre côté, effleurant juste ton clito engorgé.

Maintenant, il donne des coups de langue sur toute ta chatte, partout sauf sur ton clito. Les effleurements s’accélèrent alors qu’il fait glisser le bout de sa langue, mouillée de tes jus, partout. Tu te trémousses à nouveau, l’appelant par son nom, disant “s’il te plaît… s’il te plaît.”

S’il te plaît, quoi ?”

“Suce-le.”

“Suce quoi ; je veux t’entendre le dire.”

“Mon clito… s’il te plaît… j’en ai besoin. Cela fait si longtemps.”

Il pose le bout de sa langue directement sur ton gland sensible et pousse fort, en finissant par tourner en rond. C’est électrique et les vagues de plaisir te submergent. Chaque fois que tu es sur le point de jouir, il ralentit et souffle légèrement sur toi, toujours en te taquinant.

Tu sens sa langue entrer en toi et il la fait tourner d’avant en arrière et tu commences à pousser contre son visage, faisant grincer ton bassin contre son menton. La langue est longue et arrive à une pointe acérée, et il la plante en toi alors que des vagues de tressaillements commencent à remonter le long de tes jambes.

Tu lui dis que tu vas jouir et il sort sa langue de toi et la passe sur ton clitoris lourdement, célestement, de haut en bas, d’un côté à l’autre, le prenant dans sa bouche pendant une seconde et le mordillant, soufflant, léchant à nouveau. Tu n’en peux plus et tu te raidis et commences à trembler. Tu jouis, plus fort que jamais, en gémissant si fort que les voisins peuvent t’entendre. Ton cul se soulève du canapé et tu te trémousses avec abandon. Il doit te retenir pour garder sa bouche sur toi.

Ton orgasme dure au moins une minute et il s’assoit et te regarde te trémousser. Lorsque tu ouvres les yeux, son visage est juste en face de toi, couvert de ton essence. Il t’embrasse et tu peux te goûter sur ses lèvres.

Il met ses bras autour de toi et vous riez et parlez tous les deux.

Sa queue se tient droite. Tu la caresses et tu sens les fluides qui s’échappent de la grosse tête. Tu veux qu’il soit en toi tout de suite, alors tu changes de position et montes sur ses genoux. Cela fait longtemps que tu n’as pas eu une bite aussi grosse en toi, alors tu sais que cela peut prendre quelques minutes pour qu’il entre complètement.

Tu planes au-dessus de sa queue, la faisant glisser le long de tes lèvres, le taquinant maintenant. Il supplie d’être à l’intérieur de toi et tu t’y plies, t’empalant sur lui. La tête s’enfonce et t’étire. Tu es tellement mouillée que le reste glisse sans grand effort et bientôt il te remplit jusqu’au cœur.

Il t’attrape par la taille et te tire vers le haut, presque au loin, et frotte sa tête contre le bord de tes lèvres, avant de te pomper à nouveau. Tu as l’impression que tu pourrais jouir et le lui faire savoir, en lui demandant pourquoi il n’a pas encore joui.

“Bien assez tôt, mais je veux que tu le refasses”, dit-il, et te pousse lentement vers le bas, plus profondément qu’avant, en te tenant fermement. Tu tressailles à nouveau, te préparant à un plus gros orgasme, quand tu vois la porte de la chambre s’ouvrir en face de toi. Son ami, qui était dans la maison pendant tout ce temps, en train de regarder, sort de la chambre en te souriant.

Il n’est vêtu que d’un caleçon et il est bien bâti, comme un athlète, un peu plus petit et plus musclé que ton élève, avec des cheveux hirsutes. Sortant de son short, il y a un pénis très épais, pas aussi long que celui qui est enfoui en toi, mais beaucoup plus large. Tu sursautes pendant une seconde, mais la bite en toi est trop bonne pour s’arrêter. En plus, ton ami tient ta taille fermement et suce tes tétons.

Il retire le téton de sa bouche et chuchote à ton oreille : “C’est Sean. Je lui ai dit à quel point tu es sexy et il veut être avec toi aussi. C’est d’accord ?”

Tu secoues la tête pour dire oui et tu cèdes. Tu sais que tu n’es pas une salope tous les jours, mais pour l’instant, tu vas l’être. Tu vas permettre à deux jeunes hommes de prendre leur pied avec toi, de te sodomiser, de pratiquer la gorge profonde, de te dilater la chatte, dont un que tu n’as jamais rencontré. Pour cette fois seulement, tu vas laisser tomber tes inhibitions et les laisser te baiser et te sucer. Personne ne le saura jamais et cela n’arrivera qu’une fois … tu penses.

Juste à ce moment-là, en regardant une grosse bite, une autre enfouie en toi, tu jouis tellement plus fort qu’avant, te cognant sur sa bite si fort qu’il doit te retenir. Tu bafouilles en disant combien c’est bon, et son ami s’approche de toi et glisse sa bite dans ta bouche.

Elle est si grosse que tes lèvres sont grandes ouvertes et il l’enfonce aussi loin que tu le laisses faire. Tu es encore en train de jouir et de rebondir sur la première bite. Tes gémissements étouffés remplissent la pièce. Tu as une longue bite à fond dans ta chatte et une autre grosse poussée de façon obscène dans ta bouche et tes seins se balancent. Tu sens une autre vague te frapper, juste au moment où ton élève te dit qu’il va jouir. Tu ne peux pas te lever assez vite, ou tu ne veux pas, et tu sens qu’il fait gicler sa semence en toi, l’éclaboussant contre les parois de ta chatte.

Tu sens que la bite dans ta bouche commence à tressaillir et son ami ne peut pas se retenir. Il se retire de ta bouche et déverse son sperme salé sur tes seins, tes tétons et le dossier du canapé.

Ton élève est toujours en toi ; il gémit dans ton oreille, te disant à quel point c’est incroyable, comme rien qu’il n’ait jamais vécu auparavant. Tu sens qu’il serre sa queue, vidant le reste dans ta chatte, et de petites décharges électriques pulsent au fond de toi et sur tes tétons. Tu respires par la bouche ; tu marmonnes encore que c’était le meilleur orgasme que tu n’aies jamais eu.

“Ce n’est que le début”. Tu lèves les yeux et Sean te regarde fixement dans les yeux, sa bite semi-érectée juste devant ton visage.

“On va te nettoyer”, dit-il, et l’étudiant se retire de toi. Tu frissonnes car ta fente bourdonne encore. Des bras te tirent vers le haut. Tu es instable sur tes jambes alors qu’ils te conduisent à la salle de bain.

Une minute plus tard, tu es sous la douche, l’eau chaude giclant sur tes épaules, tes seins gonflés et ton ventre. Sean est derrière toi, te lavant le dos pendant que tu te penches sur son ami, tes bras autour de ses épaules, l’embrassant. Les mains de Sean sont sur tout ton corps maintenant, faisant couler du savon sur tes seins, tes fesses et entre tes jambes. Une fois que tu es nettoyée, Sean glisse son pouce dans ta fente chaude par derrière, frottant ton clito en rond avec son index.

Tu repousses la main de Sean, gémissant dans le cou de son ami. Juste au moment où tu penses que tu es sur le point de jouir à nouveau, l’eau s’arrête et tu te retrouves sur le carrelage frais. Les garçons te sèchent avec des serviettes propres et duveteuses en embrassant ton cou chaud. Tu as l’impression que tu pourrais t’endormir juste là, mais ils ont d’autres plans…

Ton élève te prend dans ses bras et t’emmène dans la chambre, d’où Sean t’a vue te faire séduire plus tôt. Il te pose sur le lit et se glisse à côté de toi, embrassant lentement tes lèvres, explorant ta bouche avec sa longue langue.

“Tu en veux encore ?” murmure-t-il, et tu acquiesces.

Le lit grince, et un doigt de Sean entre en toi, s’enroulant vers ton point G pendant que l’étudiant embrasse ta nuque, tes épaules et tes lèvres. Il se glisse derrière toi pour que vous soyez tous les deux assis sur le lit, ses jambes de chaque côté de toi, regardant Sean glisser un autre doigt dans ton trou trempé.

L’étudiant met ses doigts dans ta bouche, mouille ses doigts et commence à presser doucement tes mamelons durs. Il embrasse ta nuque et tu tournes la tête à la recherche de ses lèvres, tandis qu’il chatouille lentement ton ventre.

Un oreiller est glissé sous tes fesses et Sean se penche et embrasse ta chatte, comme s’il embrassait une femme – en tournant la tête sur le côté et en enfonçant ses lèvres dans ta bouche avec force, puis avec force à nouveau, en glissant sa langue aussi loin qu’elle peut aller, si loin que le bout de son nez est coincé contre ton clitoris.

Tu as les yeux fermés et tu peux sentir quatre mains sur ton corps, qui s’agitent contre tes seins et tes tétons, entrent et sortent de ta chatte et montent et descendent le long de tes jambes. Derrière tes paupières, tu vois une myriade de couleurs, des roses et des violets tourbillonnant ensemble avec des blancs éclatants et tu sens un autre orgasme puissant se construire dans tes orteils, remontant lentement le long de tes jambes.

Sean se déchaîne maintenant, alors que tu lui dis à quel point tu aimes être mangée. Il comprend l’allusion et passe sa langue contre ton clitoris, plus rapidement que l’étudiant. Tu commences à te trémousser – en faisant monter ton bassin pour rencontrer ses lèvres. Tu as tellement envie de jouir et tu peux le sentir bouillir vers la bouche de Sean, ta fente.

Dans ton état de somnolence, tu entends Sean dire : “Retourne-la, je dois entrer en elle” et l’élève demande gentiment si c’est d’accord. Tout ce que tu peux faire, c’est hocher la tête.

Ils te retournent rapidement, à quatre pattes. Sa bite dure est juste à côté de ta bouche et le pénis de Sean pousse contre ta fente. D’un seul coup, ils glissent leurs bites dans chaque trou. Tu ouvres grand la bouche pour entourer une énorme tête en érection alors que tu sens une large bite, plus épaisse que toutes celles que tu as eues en toi auparavant, t’ouvrir par derrière, te perçant lentement.

Un gémissement étouffé sort de tes lèvres, moitié douleur, moitié extase, et Sean ralentit pour que tu puisses t’habituer à son monstre qui t’envahit. “Encore un peu, Bébé ; tu vas adorer”, t’assure-t-il, et tu sens les mains de ton élève passer doucement sur tes épaules, te rassurant.

Tu retires son pénis de ta bouche et tu l’entoures de tes mains, frottant ta salive sur la tête. Cela le rend fou. Sean se retire un peu et pousse à nouveau, essayant de t’ouvrir davantage. Tu baisses la tête et commences à sucer les couilles de ton élève, en léchant la peau lisse. Tu commences aussi à repousser tes fesses dans son ami, en les synchronisant avec ses poussées. C’est douloureux, mais tu es déterminée à l’enfoncer à fond. Sean place ses mains sur tes hanches et te laisse faire le travail en se frottant à lui.

Tu es à quatre pattes, suçant les couilles d’un homme et repoussant un autre homme. Un orgasme puissant se construit en toi depuis un moment et tu sais qu’il va frapper fort. L’étudiant prend doucement ton menton et le soulève, réintroduisant sa bite dans ta bouche juste au moment où Sean touche le fond – il est à fond dans ta bouche et tu te sens plus remplie que jamais.

Sean pousse en avant et la bite dans ta bouche s’enfonce davantage. Tu t’étouffes et te retires, mais par derrière, Sean pousse légèrement l’arrière de ta tête vers son ami, t’encourageant à avaler autant que possible. Tu ignores ton réflexe de bâillonnement et respire par le nez, permettant à cette longue bite de s’enfoncer dans ta gorge.

Sorti de nulle part, ton orgasme te frappe, une puissante vague de chaleur dans tout le corps. Tes tétons, si c’est possible, s’allongent et ton corps s’agite avec abandon. Tu cries, mais le son est bloqué par la bite au fond de ta gorge. Tu le laisses prendre le dessus. Tu te trémousses et te cognes alors que Sean entre et sort de ta chatte, rapidement, encore et encore. Tes yeux sont fermés et les couleurs que tu as vues plus tôt sont maintenant un kaléidoscope de teintes, qui tournent et se mélangent.

Simultanément, tu entends les deux hommes commencer à gémir, et tu retires le pénis de ta bouche pour le voir gicler du sperme chaud dans ton cou et sur tes lèvres, tandis que Sean éructe dans tout ton cul et le bas de ton dos.

Trente minutes plus tard, tu es sur le siège arrière de la voiture de Sean en train de câliner ton élève. Tu ne te sens pas du tout sale, plutôt satisfaite et fière, comme une femme qui vient de réaliser un fantasme de longue date. La neige s’est arrêtée et les rues sont dégagées lorsqu’on te dépose à ta voiture. Alors que tu vas sortir, Sean demande : “Tu as cours demain ?”.

“Oui.”

“Bien. À 10 heures, je serai devant ton bâtiment, sur l’avenue, dans un taxi. Monte dans le taxi ; nous t’emmenons quelque part. Porte une jupe et ne parle pas sauf si on te parle.”

Tu as envie de protester, de dire à ce type d’aller se faire foutre, mais la pensée de ces deux grosses bites suffit à te faire dire “Oui Monsieur”.

Pendant tout le cours du lendemain matin, tu as du mal à te concentrer. Les souvenirs de la séance d’hier soir avec ton élève et son ami ne veulent pas quitter ta tête. De plus, ta chatte est palpitante à cause d’un mélange de douleur d’hier soir et d’anticipation de ce qui va se passer après le cours.

Ton élève est assis au premier rang pendant ton cours, hochant la tête vers l’horloge de temps en temps et te souriant avec de la malice dans les yeux. Ta bouche est sèche et tu te sens un peu étourdie, alors tu demandes à la classe de faire un peu d’écriture toute seule. Il attire ton attention alors que tu te diriges vers la porte, le couloir et la salle de bain, et il est bientôt sur tes talons. Il pose sa main sur le bas de ta taille dans le hall animé, avec des étudiants et des professeurs tout autour, et tu essaies de le repousser. Il serre ta taille plus fort et chuchote à ton oreille : “Sois dehors dans 10 minutes”.

Un taxi jaune tourne au ralenti devant le bâtiment et la porte arrière s’ouvre lorsque tu t’approches. Tu te penches et ton élève t’attend. Tout de suite, il te tire vers sa poitrine et tu enfouis ta tête dans son pull en laine en gloussant.

Le taxi s’éloigne et tu entends une voix familière dire “227 Martin”. La voix appartient à Sean, le gars avec l’énorme bite qui était fourrée en toi il y a moins de 18 heures. Le chauffeur, un Haïtien, complète le quatuor.

Sean te sourit et tu acquiesces, gênée. Tu aimerais que l’étudiant soit venu te chercher seul et que tu n’aies pas à faire face à son ami. L’étudiant met sa main sous ton menton et t’embrasse doucement sur les lèvres, laissant chaque baiser durer quelques secondes avant de recommencer. Cela continue pendant tout le trajet à travers la ville – juste vous deux perdus dans les lèvres de l’autre.

Tu es à la porte d’une maison de grès brun très chic et Sean sonne la cloche. Une porte en chêne s’ouvre et une magnifique jeune femme hispanique dans une tenue de soubrette classique t’invite à entrer dans un salon. La femme sourit et demande si elle peut prendre ton manteau et ton sac à main et tu regardes ton ami, qui dit que c’est bon.

La femme de chambre s’éloigne et les deux gars la regardent. Tu te retournes et tu vois son cul en forme de larme se balancer dans le couloir.

Sean quitte la pièce et on te sert du thé chaud avec l’étudiant sur un petit canapé. Il te tient la main et caresse ta jambe, et vous parlez ensemble à voix basse de la nuit précédente. Une voiture de sport rouge passe devant la fenêtre et entre dans l’allée et bientôt un couple séduisant entre dans la pièce en tenue de tennis blanche.

“Désolé d’être en retard”, dit la femme et se présente. Je suis Emilie Van Riper et voici mon mari, Mathieu. Tu dois être le professeur de notre ami dont nous avons tant entendu parler.

Tu regardes l’élève mais il a descendu le canapé et retiré sa main. Il regarde Emilie, pas toi. C’est une beauté classique : blonde, grande, pas de maquillage, des pommettes hautes et des yeux bleus hypnotiques. Elle a l’air d’avoir environ 40 ans, peut-être moins, et est très en forme, avec des jambes lisses et bronzées et des seins qui ont l’air d’être gros, écrasés dans un soutien-gorge de sport.

Son mari est plus âgé, dans la cinquantaine, mais il a aussi l’air plus jeune et en forme, comme un homme qui a de l’argent et prend soin de lui. Il est aussi très séduisant, d’une beauté robuste avec un sourire blanc. Il ne dit rien, il se tient juste à côté de sa femme dans son short de tennis moulant. Tu jettes furtivement un coup d’œil vers le bas et tu vois une énorme bosse dans son short. Son pénis doit être énorme, penses-tu.

Emilie suit ton regard et te fait un clin d’œil.

“Passons aux choses sérieuses. Mathieu et moi sommes sexothérapeutes et des gens du monde entier viennent nous voir pour se défaire de vieilles habitudes, apprendre à être plus ouverts ou essayer différentes choses dans la chambre. Nous avons un taux de réussite très élevé. Je sais qu’il y a quelque chose que nous pouvons faire pour toi.”

Tu ouvres la bouche pour protester, mais Emilie met son doigt bien manucuré sur ses lèvres. “Shhhh. Tu es ici pour une raison.” Tu regardes ton élève, mais il évite ton regard et regarde cette femme plus âgée.

“La raison pour laquelle tu es ici est que plusieurs de tes élèves nous ont dit que tu es une personne qui doit avoir le contrôle de chaque situation et qui doit toujours gagner un argument. Je suppose que tu as du mal à abandonner ce contrôle dans de nombreuses situations. Tu es parfois têtue, n’est-ce pas ?”.

Maintenant, tu es en colère. Tu jettes un regard furieux à Emilie, tu sautes sur tes pieds et tu te prépares à la remettre à sa place, mais elle se moque de toi, avant que tu puisses parler. Ton visage est cramoisi et tu te lèves pour partir.

“SIT DOWN”, crie-t-elle.

Pour une raison quelconque, tu obéis.

“Bonne fille. C’est un bon début. Ce que nous allons faire aujourd’hui – et nous n’avons pas beaucoup de temps – c’est te transformer en une femme malléable qui fera ce qu’on lui demande sans poser de questions. Nous ne le ferons pas par l’hypnose ou la punition, mais simplement par la corruption. C’est très simple : J’ai quelque chose que tu veux et tu feras tout pour le garder, et je veux dire tout. À la fin de la journée, tu accompliras des actes dont tu n’as jamais rêvé avec des personnes que tu ne reverras peut-être jamais afin de garder quelque chose de très important pour toi.”

De quoi parle-t-elle, pensez-vous.

Une porte de poche s’ouvre en coulissant à travers la pièce et la femme de chambre entre en portant un plateau avec trois snifters dessus. “Merci, Lucia”, dit la femme, “Tire les rideaux et emmène M. Van Riper à l’étage”.

La pièce s’assombrit un peu et Emilie offre des verres à toi et à ton élève.

“C’est une liqueur que mon mari et moi fabriquons ; elle te rendra plus confortable. S’il te plaît, bois jusqu’au fond.”

C’est poivré et frais, avec la consistance d’un schnaps et ça réchauffe un peu ta gorge et fait pleurer tes yeux.

Bientôt, cette sensation de chaleur a voyagé jusqu’à ton estomac, puis dans tes bras et tes jambes. Ton front est en train de transpirer. Tes mamelons commencent à chauffer et tu peux sentir ton aine picoter, comme si tes lèvres s’ouvraient légèrement.

“Comme je l’ai déjà dit, j’ai quelque chose que tu veux. Tu avais l’air incrédule tout à l’heure. Si nous devons commencer, je suppose que je dois te le prouver tout de suite.”

Emilie, assise en face de toi, passe la main sous sa jupe et tire sa culotte blanche le long de ses longues jambes. Elle la jette sur tes genoux.

“Viens ici, ____, et fais ce que je t’ai appris.”

Elle le connaît ? Elle connaît son nom ? C’est quoi ce bordel, pensez-vous.

Ton élève se lève et se dirige vers cette belle femme, s’agenouille, remonte sa jupe et enfouit son visage entre ses jambes.

Tu veux te lever, mais tes jambes sont comme de la gelée. Tu as des vertiges et ton corps est en feu. Tout ce que tu peux faire, c’est regarder le jeune homme avec qui tu veux être la sucer.

Elle enfonce fortement sa tête dans sa chatte et te regarde droit dans les yeux.

“Ooooh. Ummm. Mange-moi, comme je te l’ai appris,” dit-elle, sans jamais quitter son regard.

“Hier soir, après que mon garçon ici présent t’ait baisée, il est venu ici et j’ai sucé ton jus sur sa queue. Ohhhhhh. Oui, suce-la juste là,” roucoule-t-elle. “N’est-il pas bon pour sucer la chatte ? AHHHHH. OHHHHH. Je lui ai appris tout ce qu’il sait.”

Tu restes là, la bouche ouverte, consternée et excitée à la fois. Tu es trop dans les vapes pour bouger, mais tu ne peux pas t’arrêter de regarder.

“Il m’a tout dit sur le fait que tu aimes qu’un homme te descende dessus”, dit-elle en passant ses doigts dans ses cheveux blonds hérissés, en se frottant à lui.

Ses yeux se retournent à l’arrière de sa tête et elle commence à jouir, en criant fort, alors que l’étudiant l’achève.

Elle le congédie. Il n’y a plus que vous deux dans la pièce. Elle halète, reprenant son souffle.

“Je sais ce que tu ressens pour lui. Fais ce que je te dis aujourd’hui ou tu ne le reverras jamais. Coopère et il pourra être à toi aussi longtemps que tu le voudras.”

Dans un brouillard, on te fait descendre un escalier étroit jusqu’au sous-sol et on te montre une grande pièce au bout d’un long couloir. Il y a un lit double avec plusieurs lourdes chaises en bois autour, une ampoule nue au plafond.

La porte se ferme derrière toi et tu entends le clic de la serrure. Tu t’assieds sur le lit et te demandes dans quoi tu t’es embarquée. Ta respiration ralentit mais ton corps est en feu. Tu entends des gens parler à travers les murs et un cri de plaisir occasionnel.

Après environ 20 minutes, la porte s’ouvre discrètement et ton élève se glisse dans la pièce. Tu le serres dans tes bras et lui demandes ce qui se passe. Laisse-toi faire, dit-il, et ce sera quelque chose que tu n’oublieras jamais. Laisse-toi aller et laisse-les t’emmener. Emilie et Mathieu t’emmèneront dans des endroits où tu n’es jamais allée. Il t’embrasse à nouveau et son visage sent le savon.

“Ne t’inquiète pas, je serai toujours dans la pièce, en train de regarder”.

Emilie ouvre la porte en portant une longue robe de chambre en soie légèrement ouverte. Ses cheveux sont humides, comme s’ils sortaient tout juste de la douche. Ton élève se fond dans l’ombre.

“Déshabille-toi.”

“Quoi ?”

“Déshabille-toi – tout de suite.”

Tu hésites et elle fait signe à ton amie qui se place derrière toi et commence à enlever tes vêtements, tirant ta chemise par-dessus ta tête et détachant ta jupe.

Tu es là, debout, en soutien-gorge et en culotte, et l’étudiante regarde vers elle pour savoir comment faire.

“Continue.”

Il détache ton soutien-gorge et tes seins lourds en sortent. Tes mamelons sont longs et gros. Il fait glisser ta culotte le long de tes jambes et tu l’enlèves.

“Emilie te sourit, prenant ton corps dans les yeux. “Je vois que tu es attirée par notre jeune ami. Tu l’attires aussi, beaucoup. Il parle toujours de ton petit cul serré et de la façon dont tu te promènes dans la classe en faisant ressortir ces jolis seins.”

“OK, maintenant mange-la.”

Ton élève te pousse sur le lit, grimpe entre tes jambes et commence à sucer ta chatte, faisant courir sa langue de haut en bas de tes lèvres, comme il l’a fait hier soir. Tu es si chaude en bas et tes jus commencent à s’écouler de toi, dans sa bouche.

Tu ne tiendras pas très longtemps, tu le sais. Sa langue est divine, elle caresse ton clito pendant qu’il gémit dans ton corps.

Emilie traîne une chaise jusqu’à la tête du lit et chuchote à ton oreille : “Ne t’avise pas de jouir avant que je te dise que c’est bon.”

Tu secoues la tête d’un côté à l’autre et la bloque, te préparant à un gros orgasme.

“Ne m’ignore pas. Retiens-toi de jouir.”

Tu l’entends à peine, car ton orgasme est sur le point de frapper.

“Lâche-la tout de suite !” ordonne-t-elle à ton élève et il s’exécute, retirant sa bouche de toi. Tu gémis de frustration et il se lève, le visage mouillé de tes jus.

“Viens par ici.”

Il s’avance vers elle et elle l’embrasse, puis l’attrape par la ceinture et déchire son pantalon, sortant sa queue qui grossit dans sa main.

Son visage est à moins d’un mètre du tien ; elle tourne la tête vers toi et dit : “Tu jouiras quand je te le dirai. La prochaine fois, écoute-moi”, et met sa queue dans sa bouche.

Elle fait tournoyer sa langue autour de la grosse tête, branlant son manche, sans jamais te quitter des yeux. Quoi qu’elle fasse, ça marche, parce qu’il se frotte à sa bouche en quelques secondes, respirant lourdement. Soudain, il hurle à voix basse et jouit dans sa gorge. Tu regardes avec dégoût et envie, alors qu’elle retire son pénis usé de sa bouche et sourit.

“Tu feras ce que je dis à partir de maintenant, ou il me baisera ensuite, compris ?”

“Oui.”

Elle se lève et te surplombe, ses seins pendants sortant de sa robe juste au-dessus de ton visage. Ses aréoles roses sont larges, surmontées de tétons bouffis. “Suce-le”, dit-elle, et pousse un gros sein vers tes lèvres.

Du coin de l’œil, tu vois ton élève sur une chaise, qui regarde, caressant sa bite flasque pour la ramener à la vie.

Tu ouvres la bouche et acceptes son sein. Elle se met sur le lit et se met à califourchon sur ta poitrine, poussant ses seins dans ton visage tandis qu’elle passe la main derrière toi pour chatouiller ta chatte.

“Tu veux jouir ?”

“Ummm hmmm” est tout ce que tu peux dire car elle fait courir ses énormes seins sur tes lèvres.

“Voyons comment je peux t’aider. Tu vois, la raison pour laquelle ton ami est si bon pour sucer la chatte est qu’il a appris de moi. Et je suis très douée pour ça”, dit-elle en glissant un doigt en toi.

Elle glisse le long de ton corps et prend une cuisse dans chaque main, les écartant largement. Ton ami prend le siège à côté du lit et pose sa main sur ton épaule, te disant que tu vas adorer.

Tu fermes les yeux et attends qu’elle se mette au travail.

Elle commence par mettre tous ses doigts sur tes lèvres, te tirant vers le haut, t’exposant encore plus. Cela fait couler ton jus, qui se répand sur les draps. Une langue passe dans ta fente chaude, caressant tes parois intérieures. Tu es écartée, une belle femme est posée entre tes jambes et ton amant masse tes épaules.

“Tu es TELLEMENT mouillée. Assure-toi de ne pas avoir d’orgasme avant que je dise que c’est bon”, dit-elle.

Elle utilise la pointe de sa langue pour frotter légèrement toute ta chatte, faisant à peine contact, mais envoyant des chocs électriques dans tout ton corps. Des souffles chauds sont soufflés tout autour de tes lèvres et sur ton clitoris.

Tu émets des sons gutturaux dans la bouche de ton amant, faisant de ton mieux pour retenir l’orgasme.

“Est-ce que tu aimes qu’on te suce la chatte ?”

“OOOHHHH, Oui !”

Elle fait courir sa langue frémissante de haut en bas de ta chatte.

“Es-tu une fille sale ?”

“Mmmmm hmmmm”.

Elle insère un doigt à l’intérieur de toi.

“Qui est le chef ici, ma fille sale ?”

“AHH ! AHH ! C’est toi.”

“Et tu jouiras quand je te laisserai faire, pas avant ?”

“Oui. OHHHH !”

“Bien”, dit-elle, et elle t’enfonce un deuxième doigt dans le corps, en les pompant.

Ton amant dépose des baisers sur tout ton visage, et tu regardes en bas et vois sa queue qui recommence à durcir.

Elle prend ton clito entre ses lèvres et l’étire dans sa bouche, en serrant sur ta chatte pour avoir de la succion. Tu peux sentir sa bouche se remplir d’un peu de salive alors qu’elle aspire et expire, tirant ton museau vers sa gorge et le repoussant. Il vacille d’avant en arrière dans sa bouche remplie de liquide. Elle accélère jusqu’à ce que tu sois sur le point de jouir, puis ralentit, en gémissant “Pas encore” en toi.

Ça ne ressemble à rien de ce que tu as ressenti auparavant et tu te trémousses sur le lit, hurlant et tirant sur les draps, cherchant la bite de ton amant avec tes mains.

Tu as tellement envie de jouir, mais sa femme expérimentée se joue de toi, suivant le rythme des vagues qui te submergent, repoussant ton orgasme.

Après quelques minutes, elle retire la prise de ton clito et embrasse ta chatte partout, prenant le temps de sucer et de lécher chaque crevasse. Elle lève les yeux et voit que la queue de l’étudiant est dure comme le roc et a pitié de toi.

“Veux-tu jouir sur sa queue ?” demande-t-elle.

“S’il te plaît”.

Il te positionne rapidement sous lui et son pénis glisse à droite. Tu regardes de ton côté et Emilie est juste là à vous encourager tous les deux. Tu commences à monter sur sa queue, en accélérant et en te mordant la lèvre, attendant qu’Emilie dise le mot, qu’elle te laisse jouir. Tu as abandonné et tu permets à cette femme de te contrôler.

“Veux-tu jouir ?”

“S’il te plaît.”

“Feras-tu ce que nous te disons pour le reste de la journée ?”

“Oui, n’importe quoi, mais s’il te plaît, laisse-moi…”

D’une main, Emilie caresse tes fesses ; de l’autre, elle fouille dans la table de nuit, ouvre un pot de vaseline et y trempe son majeur. Elle le fait glisser dans ton cul.

“Vas-y. CUM !”

La pièce devient noire.

Le reste de la journée est une brume lascive de souvenirs.

Tu te réveilles en cuillère avec ton amant. Des draps neufs et croustillants sont sur le lit et quelqu’un a pris le temps de t’éponger et de te coiffer. Tes yeux sont lourds et tes membres sont un peu engourdis mais ta chatte picote encore, tout comme tes mamelons. Il y a deux snifters vides sur la table de nuit et ta bouche a ce même goût poivré. Ton amoureux ronfle légèrement dans ta nuque. Tu te tournes pour lui faire face, te retires un peu et le regardes dormir. Il est si beau. Il se réveille et te sourit. Vous restez allongés et vous vous embrassez jusqu’à ce que vous vous rendormiez tous les deux.

La prochaine fois que tu ouvres les yeux, tu es attachée au lit avec des foulards lisses. Une cinquième écharpe est autour de tes yeux. Tu entends la voix de ton amant et de quelques autres personnes mais tu ne vois personne. Le fait qu’il soit dans la pièce te rassure. D’un seul coup, tout le monde se tait. Tu peux les entendre respirer, mais personne ne dit un mot. D’après les voix que tu as entendues auparavant, tu penses qu’il doit y avoir six personnes dans la pièce, au moins, des hommes et des femmes. Des chaises sont traînées sur le sol, plus près du lit. Et tu sens deux paires de mains posées de chaque côté de ton torse. Serait-ce ton amant et Emilie ? Son mari ? La femme de chambre ? Sean de l’autre soir ? Des étrangers ? Tu n’as aucun moyen de savoir. Tu te débats contre les écharpes, mais elles ne font que se resserrer.

“Calme-toi, ma chère, et arrête de te débattre”, dit Emilie de quelque part dans le vide.

Les mains commencent à chatouiller légèrement ton ventre, remontent de chaque côté de ton torse et descendent le long de tes jambes. Une autre paire de mains douces caresse tes cheveux et tes tempes. Trois personnes sans visage te dorlotent, se grattant le long de ton torse et le long du haut de tes jambes.

Tu t’installes, tu te détends et tu leur permets de faire ce qu’ils veulent, abandonnant un peu plus de contrôle. La pensée de ton amant/étudiant dans la pièce te fait sentir en sécurité et augmente aussi ton excitation, sachant qu’il regarde ces personnes te séduire.

Une bouche chaude suce l’un de tes mamelons sensibles et tu aspires ton souffle. Une autre bouche serre l’autre mamelon en érection et tu émets un faible gémissement. Ton mamelon gauche est sucé légèrement et soufflé pendant que l’autre tourne autour de la langue de quelqu’un, l’un est mordu par jeu pendant que l’autre est aspiré si profondément que ton sein entier est dans sa bouche. Bientôt, ils changent de position et tes seins couverts de salive éclatent tandis que tu cambres le dos en extase.

Les mains qui caressent tes cheveux tournent légèrement ta tête et une grosse tête de bite se faufile entre tes lèvres. Tu sais qu’il appartient à ton amant, du moins tu en es presque sûre. Tu tends la main vers lui mais les écharpes te retiennent fermement. Il recule un peu, alors tu ne peux que prendre son énorme tête sur ta langue enroulée.

Un sein est libéré et une langue court légèrement de ton décolleté vers ton ventre en direction de ta chatte. Tu prends une profonde inspiration. Tu veux que quelqu’un te suce et tu miaules comme un chat, en bloquant tes hanches en l’air, mais la bouche retourne à l’assaut de tes tétons. Ils te taquinent, essayant de te faire jouir sans toucher ta chatte. Tu sens un début d’orgasme juste au moment où Emilie arrête les choses. Ton amant recule et tu gémis de frustration.

“Détache-la”.

Tu es dans une pièce sombre, assise sur un petit canapé avec ton amant. Ta chatte est en feu et coule le long de tes cuisses. Alors que tes yeux s’adaptent à la lumière, tu remarques des silhouettes autour de toi, des couples, des trios, sur le sol et sur des chaises, qui baisent et sucent, sans se soucier de toi. Tu lèves les yeux et tu vois Emilie prendre la large circonférence de Sean dans sa bouche pendant qu’une petite femme noire se régale des seins de l’hôte.

Ton amant te soulève et te place sur ses genoux, de façon à ce que tu sois face à lui et qu’il soit derrière toi. Il t’abaisse sur le bout de son pénis, le faisant courir le long de ta fente comme il l’a fait hier soir. Mais au lieu de te pousser sur lui, il fait entrer et sortir sa tête, te baisant lentement avec la chair bulbeuse. De temps en temps, il se retire et laisse sa queue lisse courir sur le devant de ta chatte, étirant ton clitoris et tes lèvres avec, avant de te poignarder à nouveau avec sa tête.

Tu essaies de forcer pour descendre sur lui, mais il a ses bras massifs accrochés sous les tiens, et il te soulève de haut en bas dans un mouvement d’enroulement alors qu’il te baise à peine. Il t’empêche d’avoir un orgasme, te taquinant jusqu’à ce que tu puisses jouir.

Un cri extatique te fait regarder à ta gauche et tu vois Mathieu, le mari d’Emilie, qui pénètre par derrière dans la bonne, Lucia. Sa jupe noire à volants est remontée autour de sa taille et sa culotte a été tirée le long de ses jambes. Elle tremble et tourne la tête d’un côté à l’autre pendant que Mathieu glisse lentement en elle. Il se retire complètement pendant une seconde et tu vois pourquoi Lucia se débat. Sa bite est massive, pas plus large que celle de Sean mais plus longue que celle de ton amant.

Il recommence, introduisant lentement son pénis dans Lucia, et elle s’y prépare, grimaçant en se frottant à lui. Ton amant se retire de toi, relâche sa prise et te retourne. Tu t’assieds lentement sur sa queue et embrasse sa poitrine, sachant qu’il ne faut pas jouir, cédant un peu plus de contrôle.

Dans une autre pièce plus sombre, Emilie te conduit à un tabouret sur lequel brille un projecteur. Tu frôles les gens dans l’obscurité. Lorsque tu es au centre, à côté du tabouret, la lumière est vive dans tes yeux et tu peux juste distinguer des silhouettes sombres, peut-être 12-15 personnes assises, face à toi. Tu portes une robe semblable à celle d’Emilie, mais plus courte, coupée au sommet de tes jambes.

Emilie s’éloigne et tu restes seule, nerveuse et espérant que ton amoureux se trouve dans la foule.

“Enlève la robe”, crie une voix de marque.

Comme hypnotisée, tu détaches la ceinture et laisse la robe s’ouvrir. Tu sens l’air frais sur ton ventre et tes mamelons se resserrent.

“Fais-le”, dit quelqu’un d’autre.

Tu laisses la soie glisser sur tes épaules et tomber sur le sol et tu es complètement nue dans une pièce sombre remplie d’inconnus.

Tu ne prends pas la peine de te couvrir et tu peux sentir les regards sur toi.

“Regarde ces mamelons”, dit quelqu’un, “Ils sont si gros et jolis”.

“Eh bien, tu as demandé à jouir, alors fais-toi jouir”, tu entends Emilie dire, et elle te tend un vibromasseur qui bourdonne.

Tu t’assieds sur le tabouret et tu ouvres grand les jambes, faisant courir l’appareil sur toute ta fente, entrant et sortant de toi et sur ton clito. Les jus s’écoulent de toi, s’accumulent sur le tabouret et la foule t’encourage. En 30 secondes, tu te déhanches contre le jouet en plastique, criant le nom de ton amant quand tu exploses.

Il te soulève et te transporte dans une pièce adjacente. Il te pose sur un grand lit confortable et embrasse tout ton corps, de tes pieds à tes yeux, te retournant doucement et embrassant tes fesses et ton dos.

“S’il te plaît, lèche-moi encore ?”

Il se roule sur le dos et t’invite à t’accroupir au-dessus de son visage. Maladroitement, tu tournes sur toi-même et positionne tes hanches au-dessus de sa tête. Il te tire vers le bas, vers sa bouche. Ses lèvres entrent en contact avec les tiennes et il t’embrasse légèrement, comme il l’a fait plus tôt dans le taxi – des baisers faciles et longs, se frottant à ta magnifique chatte, léchant tes lèvres humides et déroulant lentement sa longue langue le long de tes parois veloutées, plus loin, plus loin. Il plonge ensuite le tout dernier bout de sa langue au fond et prend son temps pour la faire remonter, traînant sa chair contre la tienne, jusqu’à ton point sensible. Il attrape ton cul et le tire vers son visage, enfonçant ses lèvres dans toi, se vautrant dans ton essence.

Tes yeux sont fermés. Et tu lui parles, lui disant à quel point tu adores sa langue, entre de longs gémissements et grognements de plaisir. Il attrape sa queue et la pousse vers tes lèvres. Elle est dure comme le roc dans ta bouche, plus dressée et plus grosse que dans ton souvenir. Tu l’attrapes avec ta petite main, que tu n’arrives pas à faire tenir autour de la tige, et tu le pompes, en léchant le point sensible sous sa tête.

Ton orgasme frappe avec force à la seconde où sa langue touche ton clito, et tu te convulses sur lui juste au moment où il crie qu’il va jouir. Ses jambes tremblent et tu le retires de ta bouche pour le pomper. Il déverse sa charge sur le lit, jouissant avec toi.

Tu te réveilles en panique et tu vois Emilie debout à côté du lit.

“Quelle heure est-il ?” demande-tu.

“Ne t’inquiète pas, tu as le temps de rentrer. Tu t’es si bien débrouillée aujourd’hui, mon amour, mais il y a encore une chose que nous devons régler avant de te laisser partir avec ce jeune homme.”

Sortant de l’ombre, Mathieu s’avance vers toi, sa bite massive se balançant. Tu trembles et commences à t’éloigner, mais Emilie et ton amant te retiennent, te convaincant de te soumettre.

Tu es sur le dos et ton amant et Emilie sont de chaque côté, te tenant. Tu protestes et essaies de te tortiller, mais elles écartent tes bras, les épinglant au matelas. Mathieu s’agenouille sur le lit, attrape l’arrière de tes genoux et te tire vers lui, plus près de son énorme queue, en écartant largement tes jambes.

“NOOO,” s’il te plaît, non !” tu dis. “Elle est trop grosse”.

Emilie fourre sa langue dans ton oreille, puis la fait tournoyer autour de ton cou. “Une fois qu’il sera en toi, tu te sentiras tellement bien. Tu as vu à quel point Lucia a aimé être baisée par cette grosse bite ? Elle le supplie tous les soirs. Bientôt, tu en auras aussi envie.”

Tu secoues la tête pour dire non, mais tu ne protestes pas lorsque Mathieu met la tête contre tes lèvres. Il l’humidifie un peu et le fait glisser vers le haut, en tapant sur ton clitoris.

Ton amant lèche tes tétons, ce qui te fait ouvrir les jambes plus grand.

Emilie voit que tu es toujours en conflit et elle ne permettra pas à son mari de te violer ; elle veut ta permission.

“Regarde cette belle queue”, murmure-t-elle. “Prends-la. Tu sais que tu en as envie. Dis-moi que tu le veux.”

“Oui.”

“Oui quoi ?” Mathieu dit, la première fois que tu entends sa voix profonde.

“Baise-moi.”

“Où, petite salope ?”

“Dans ma chatte.”

“Pas assez bien. Où le veux-tu ?”

“Dans ma chatte. S’il te plaît, baise ma chatte.”

Il pousse en toi de quelques centimètres et tu sais qu’il n’y a pas moyen de s’arrêter maintenant. Un peu plus loin et tu sens ta chatte s’ouvrir. Encore plus loin et la douleur se fait sentir. Il est si profond, il s’enfonce dans ton utérus. Tu trembles et ton amant chuchote à ton oreille, te disant à quel point tu es sexy.

Emilie est à ton autre oreille, t’encourageant à en prendre plus. “Plus que quelques centimètres”, dit-elle. Il te remplit, n’est-ce pas ?”.

“OHHHH. C’est tellement gros, putain,” tu cries. Ça fait mal, mais dans le bon sens du terme, et tu sens que tu es étirée plus largement.

Emilie arrête de sucer ton cou. “Après avoir joui, Mathieu va tirer son gros chargement en toi et je le sucerai dans ta chatte, jusqu’à la dernière goutte. Est-ce que tu aimerais ça ?

Ses mots sont si dégoûtants mais tu les aimes.

“YEEESSSS”, sifflez-vous alors que Mathieu enfonce le reste de son

12 pouces en toi, faisant grincer son os pelvien contre ton clito.

Emilie chuchote, “Tu peux jouir, ma petite esclave,” et tu le fais.

partouze pour enseignante sexy Bon je vais etre clair, j'adore me branler avec mes sextoys et je suis très gourmande de cunnilingus et de plan q par cam Je sors d'une histoire d'amour qui m'a fait enormement de mal. Aujourd'hui je remonte la pente doucement. Je tente de l'oublier en couchant à droite à gauche.T'as envie de me voir apparaitre à l'écran en petite étudiante timide, en dominatrice vetue d'une combi latex et cuissardes sm, ou en pompom girl ^^ ? bref j'ai tout les déguisements pour qu'on joue toi et moi à changer de peau et crois moi on va s'éclater ! Sans emploi actuellement, j’ai plein de temps libre. A toi de voir mon cheri…