Elle vient après les répétitions pour boire un verre ou deux autour de l’îlot de cuisine. Tu parles avec elle depuis quelques mois de notre vie sexuelle – ce n’est un secret pour personne qu’il y a quelque chose de puissamment sexuel qui nous a réunis, mais la plupart de nos collègues, bien que curieux, ne posent pas de questions à ce sujet. Mais vous êtes toutes les deux amies depuis très longtemps et elle a toujours été à la fois curieuse et d’un grand soutien.

Tu m’as tenu au courant de la nature de tes discussions, et je sais très bien que ces derniers mois, tu es passé des généralités aux détails – tu lui as parlé d’être attaché et retenu, de se soumettre à ma volonté pour mon plaisir, d’être utilisé – fessée, bâillonnée, sodomisée, gorge profonde forcée – de me baiser avec ton gode-ceinture, d’utiliser du porno, de faire l’amour dans des lieux publics, tout ça. Elle a été de plus en plus enchantée par tes récits de sexe, comme si tu étais une sorte de Sheherezade sexuelle. Dès que vous passez la porte tous les deux, il est évident qu’elle est pleine de tension sexuelle. Elle est habillée de manière sexy – provocante, même – dans un top et une minijupe, avec des talons aiguilles. Nous nous réunissons dans la cuisine et versons des verres. Elle ne perd pas de temps, se tourne vers toi et dit : “Alors… nous n’avons pas rattrapé le temps perdu depuis quelques jours. Ai-je manqué quelque chose ?”

Toi et moi échangeons un regard. Tu lui fais calmement face et réponds : “Eh bien… pas exactement. Nous n’avons rien fait d’inhabituel ou de nouveau pour nous, nous avons juste revisité quelques vieux terrains pour notre plus grand plaisir.”

“Comme quoi ?” demande-t-elle en descendant un verre.

“La nuit dernière, il a menotté mes poignets au cadre du lit et m’a utilisée.” Tu me regardes – je peux voir tes joues rougir. Je sens que je commence à bander.

“Comme… comment ? Comment t’a-t-il utilisée ?” demande-t-elle. Elle te regarde mais essaie timidement de me voler des regards. J’attends que tu répondes.

“Eh bien… il a fait courir ses mains sur chaque centimètre de mon corps. Il m’a embrassé comme un adolescent affamé, puis s’est jeté sur moi. Il m’a fait jouir, puis a enfoncé sa queue dure dans ma bouche et a baisé mon visage pendant quelques minutes. Il s’est à nouveau jeté sur moi, m’a amenée au bord de l’orgasme, puis a replié mes jambes sur ses épaules et m’a baisée fort et profondément jusqu’à ce que je sente sa bite exploser en moi.” Elle te regarde directement dans les yeux en disant cela, et je peux voir le haut de sa poitrine rougir d’excitation. On dirait qu’elle a oublié de respirer. Tu lui renvoies un regard calme et tu bois ton verre. Je me tiens en face de vous deux, en face de l’île, et je sens ma queue gonflée durcir en un instant.

“Wow”, dit-elle. Elle déglutit, puis me regarde. Je la regarde fixement jusqu’à ce qu’elle baisse les yeux, puis lève les yeux vers toi. “Alors…” elle regarde vers moi. “Tu es d’accord pour qu’elle me dise tout ça ?”

“Bien sûr”, réponds-je. “Vraiment, nous ne ressentons pas le besoin d’être timides à propos de notre vie sexuelle. Nous n’en faisons pas la publicité, mais nous répondrons toujours si on nous le demande.” Elle acquiesce, puis se tourne à nouveau vers toi.

“Avant, tu m’as dit que vous aviez tous les deux fantasmé sur le fait d’être observés par quelqu’un dans la même pièce. Est-ce que c’est… toujours quelque chose qui te fait fantasmer ?”

Tu me jettes un regard rapide, incapable de dissimuler entièrement ton rictus involontaire. “Oui, c’est le cas”, réponds-tu.

“Eh bien,” dit-elle, “Je veux dire… ça ne me dérangerait pas… de vous aider à jouer à ça, je suppose.” Elle bégaie un peu et son visage rougit d’embarras. Nous nous regardons dans les yeux – je peux voir que ton excitation correspond à la mienne. Je me déplace rapidement autour de l’île et t’attrape par la taille en me penchant pour t’embrasser. Nous commençons rapidement à nous embrasser et je l’entends haleter à un mètre de distance. Je me retire de toi et la regarde.

“Tu es sûre ?” Je lui demande.

“Oui”, répond-elle. “C’est juste… wow. Vous êtes intenses. Je ne m’attendais pas à ça.” Nous lui lançons tous les deux un regard interrogateur. Elle fait un petit signe de tête et nous nous retournons l’un vers l’autre et nous nous embrassons, fort. Je garde mon bras gauche entouré autour de ta taille tandis que je tends ma main droite vers tes seins et les attrape. Tu laisses échapper un gémissement à travers ta bouche tournée vers le haut alors que tu attrapes mon cul à deux mains et que tu attires mon corps dans le tien. Nous sommes tellement concentrés pour nous agripper l’un à l’autre que nous manquons de perdre l’équilibre et de tomber. Je romps le baiser et la regarde.

“Nous devrions peut-être nous installer sur le canapé”, dis-je. Je te vois acquiescer du coin de l’œil. Elle ne répond pas et se contente de marcher dans le salon. Nous nous faisons un sourire, puis nous la suivons. Elle s’assied sur l’âtre tandis que nous dégringolons sur le canapé. En une seconde, je suis sur toi, mes mains parcourent ton corps, dévorant ta bouche avec les miennes. Avec avidité, tu t’agrippes à ma queue à travers mon pantalon. Tu peux sentir mon besoin comme je sens ta chaleur. Je me tiens à moitié debout à côté du canapé et j’enlève ma chemise pendant que tu déboutonnes ma braguette et que tu pousses mon pantalon jusqu’à mes genoux. Je l’entends haleter derrière moi.

“Oh, je ne savais pas que tu avais un tatouage à cet endroit ! Et wow, ton cul est aussi beau que je l’ai toujours pensé à travers ton jean.” Je regarde par-dessus mon épaule pour la regarder et je souris. Tu as une main sur ma queue palpitante et l’autre sur ma hanche. Tu me pousses pour qu’elle puisse tout voir de moi. Nous la regardons tandis que sa bouche fait un “O” parfait de surprise. “Mon Dieu ! Tu es… wow. Ta queue est parfaite. Oh mon…” Elle dit. En fait, elle se lèche les lèvres en me fixant, puis détourne rapidement le regard et marmonne une sorte d’excuse à ton intention. Tu ris.

“Je crois que j’ai déjà dit quelque chose comme ça”, dis-tu. “En fait, je pense que plus de femmes devraient avoir la chance d’avoir cette queue parfaite. Ce n’est pas seulement la forme et la taille, c’est aussi qu’il sait s’en servir !”. Tu sens que je durcis encore plus en disant cela et tu serres ma queue. Une goutte de précum suinte de l’extrémité et sans prévenir, tu te penches et me prends dans ta bouche. Elle et moi haletons en même temps lorsque tu inhales toute ma longueur. La vue de toi en train de sucer ma queue alors qu’elle est assise à quelques mètres de là, regardant attentivement, est incroyable. J’ai l’impression d’être le plus dur que j’ai jamais été et je sais qu’incroyablement, il y a plus à venir. Tu te retires de ma queue et tu me regardes. “C’est bon, bébé ?” demande-tu. Je hoche la tête.

“Oui. Mais… nous devons te sortir de tes vêtements”, dis-je. “Lève-toi.”

Tu le fais. Je retire ton haut, puis défais rapidement ton pantalon et te déshabille en deux mouvements. Je me retire de mes vêtements, puis je lui présente les deux d’entre nous. Elle est visiblement fascinée par nos deux corps – je sais qu’elle t’a vu nu plein de fois, mais jamais dans un contexte sexualisé. “Vas-y,” je dis. “Regarde autant que tu veux”. Elle acquiesce. Je peux voir sa lèvre supérieure qui tremble réellement.

“Je peux… toucher ?” demande-t-elle. Toi et moi avons déjà parlé de ça, plein de fois, donc nous savons tous les deux exactement quelles sont nos limites.

“Bien sûr”, dis-je. “Veux-tu qu’on se touche en retour ?”

Elle hésite, réfléchit. “Umm, non,” dit-elle. “Je veux dire, je veux… c’est tellement sexy. Mon Dieu, je suis déjà excitée comme je ne peux pas le croire. Mais… je ne pense pas que ce serait bien. Je veux dire, je sais que le fait que quelqu’un te touche fait partie de ton fantasme, non ? Alors… laisse-moi faire ça.” Nous acquiesçons. Je m’approche d’elle, ma queue étant maintenant à quelques centimètres de son visage. Elle tend la main et attrape la base de ma queue. Je ne peux pas m’empêcher de grogner alors que ma queue tressaute dans sa main. Elle inspire brusquement. Je peux sentir son expiration sur ma queue lorsque tu t’avances à côté de moi. Elle te voit bouger et regarde dans ta direction. Elle tend timidement son autre main et attrape ton sein. Elle serre un peu alors que tu cambres ton dos et soupires. Soudain, elle nous lâche tous les deux et se penche en arrière.

“Ok,” dit-elle. “C’était… sympa. Wow. Mais peut-être que vous devriez faire un peu plus l’un avec l’autre ?”

Nous nous regardons, nous sourions et nous retombons sur le canapé comme des lunes de miel. Nous nous embrassons avec abandon tandis que nos mains se promènent partout. Tu caresses ma queue pendant que je frotte ton clito et que je te doigte de temps en temps. Nous sommes tous les deux naturellement bruyants, mais nous semblons monter d’un cran à cause de notre public. Toutes les quelques secondes, je jette un coup d’œil sur elle et je la vois manifestement excitée. Ses tétons durcissent sous son haut moulant, ses jambes s’écartent et elle continue de frotter distraitement ses seins. Je réalise que je peux voir sa chatte taillée qui dépasse de son string sous sa minijupe. Je te vois aussi la regarder et je te jure que tu mouilles encore plus chaque fois que tu le fais. Je ne peux plus supporter la tension et avant même de penser à faire autre chose, je glisse ma queue dure et palpitante dans ta chatte serrée et gonflée. Tu te cambres le dos et tu frissonnes et gémis simultanément. Nous sentons tous les deux qu’elle se déplace à côté de nous.

“Attends- vous avez déjà commencé à baiser tous les deux ?” demande-t-elle.Je la regarde et hoche la tête.

“Oh ! Je pensais, tu sais, que tu ferais d’autres trucs.”

Je lui souris, mon esprit s’emballe. Avant que je puisse dire quoi que ce soit, tu te lèves de dessous moi. “Que voudrais-tu voir ?”

Elle rougit à nouveau. “Eh bien… tu as parlé de face-fucking. Je veux dire, si tu en as envie,” dit-elle.

J’arrête mon mouvement et je te regarde dans les yeux en me retirant de ton petit lapin chaud. Je me lève à côté du canapé, ma queue luisant de tes jus pour que nous puissions tous la voir.

“Oh, j’en ai envie”, dis-je. Je te tire du canapé puis te mets à genoux devant moi, positionnée de manière à ce que nous soyons de côté par rapport à elle. J’attrape tes mains et les mets derrière ton dos, puis je m’avance de façon à ce que ma queue soit posée contre ta joue. Tu me regardes pendant tout ce temps, sans jamais quitter les yeux des miens. Je saisis ma queue et me positionne au niveau de ta bouche, puis je la regarde.

“Tu dois comprendre que cela pourrait être un peu brutal. Mais nous sommes totalement consensuels ici. Nous avons des mots et des signaux sûrs. En fait, nous prenons tous les deux notre pied avec ça, ce n’est pas seulement moi.”

Elle me regarde fixement et acquiesce. “Je sais”, dit-elle. “Je comprends parfaitement. Complètement.”

Je souris à nouveau, puis baisse les yeux vers toi. Je force ma queue dans ta bouche qui attend, puis commence à pousser en tenant ta tête. Tu commences à gémir du fond de ta gorge. Je suis presque submergé par la sensation – la vue, la sensation, le son. Je pousse plus fort, plus rapidement. Tu commences à baver sur ma queue. Je peux sentir que tu luttes contre tes réflexes, essayant de me prendre. Je pousse un peu moins fort mais j’accélère le rythme. Je continue pendant seulement quelques minutes puis je m’arrête, car je ne veux pas jouir tout de suite. Je sors de ta bouche et je regarde vers elle. Elle a retroussé sa jupe autour de ses hanches et se touche à travers sa culotte. Elle me regarde sans honte. “Mon Dieu, c’était si chaud”, dit-elle. Je te vois tourner la tête pour la regarder. Nous profitons de la scène à bout de souffle jusqu’à ce que tu rompes le silence.

“Pourquoi n’enlèves-tu pas tout ?”

Elle regarde de moi à toi, soutient ton regard pendant une seconde, puis hoche la tête. Elle soulève ses fesses du sol et fait glisser sa culotte et sa jupe d’un seul mouvement fluide. Sa chatte a l’air invitante – humide, gonflée, taillée. Elle soutient mon regard tandis qu’elle laisse son doigt glisser jusqu’à son clitoris. “Continue”, soupire-t-elle. “Ne t’arrête pas.”

Je me penche et te tire brutalement à tes pieds. Je te retourne sur le canapé et force ta tête à s’enfoncer dans les coussins, montrant ton cul à elle, toujours assise sur l’âtre. Je pétris et caresse ton cul, puis te donne une fessée rapide. Elle gémit en même temps que tu glapis. Je me place derrière toi, puis regarde par-dessus mon épaule pour la regarder. “Je vais la baiser fort”, dis-je. “Tu devrais venir par ici si tu veux voir”.

Elle enlève ses talons et se lève en rampant, se tenant juste à notre droite et s’appuyant sur le canapé. Elle porte toujours le haut moulant, et la vue de sa chatte jouant avec avidité alors qu’elle s’appuie sur le canapé est l’une des choses les plus érotiques que j’ai jamais vues. Je saisis la base de ma queue et m’exhibe devant elle. Elle me regarde et déglutit.

“Tu veux m’aider à la mettre en place ?” Je demande. Elle hoche la tête et tend la main dans ton dos. Ma bite a des spasmes lorsqu’elle saisit la base. Elle ne peut pas résister et donne quelques coups à ma queue lisse avant de guider la tête vers ta fente gonflée. Je sens la tête de ma bite séparer tes lèvres et je ne peux pas m’empêcher de pousser à fond en toi. Elle retire sa main alors que tu halètes. Je commence à te baiser fort, te sentant te crisper à chaque coup. Je peux me sentir gronder du fond de ma gorge alors que tu essaies de noyer tes gémissements dans les coussins du canapé. Je regarde vers elle. Elle est adossée au bras du canapé, se soutenant d’une main et nous regardant tandis que son autre main est occupée sur sa chatte, frottant son clito et se doigtant.

“Mon Dieu, c’est tellement chaud,” soupire-t-elle.

Je prends plaisir à te baiser. Je prends mon temps pour sortir presque complètement puis je replonge avec force dans ta chatte. Ma queue scintille avec tes jus. Tu as rarement été aussi mouillée. Je peux sentir ton sperme de fille se répandre sur nous deux pendant que je te baise. L’odeur de notre sexe flotte dans l’air, enivrant l’atmosphère même. Je jette un coup d’œil sur elle qui nous regarde. Elle a les yeux fixés sur la vue de ma queue qui ravage ta chatte. Sa main travaille furieusement sur sa propre chatte et je peux voir la moiteur sur ses doigts. Je prends conscience du son de sa masturbation – pas seulement ses propres grognements et gémissements, mais le son de ses doigts au fond des plis humides de sa chatte. Elle me regarde et nous gardons le contact visuel pendant qu’elle commence à travailler plus rapidement sur elle-même. Je remarque que ses yeux se dilatent et qu’elle commence à se déhancher contre sa main.

“Es-tu sur le point de jouir ?” Je demande.

Elle acquiesce et prend une grande inspiration. Je plonge complètement en toi, attrape tes hanches et te tire en moi. D’une main, je descends, attrape tes cheveux et te tire vers le haut pour que tu puisses la voir. Elle se raidit soudainement et regarde vers le plafond.

“Fuuuuuuuuck !” gémit-elle. “Oh mon Dieu ! Fuck fuck fuck !” Ses hanches se dérobent sous elle et tout son corps se crispe en orgasme. Le regard sur son visage est une pure félicité. Sa main continue presque d’elle-même pendant encore quinze ou vingt secondes, puis elle s’affaisse contre le canapé.

“Wow. Mon Dieu. Je n’ai pas joui aussi fort depuis longtemps”, dit-elle.

“Tu as fini ?” Je demande.

“Eh bien… Je n’ai jamais eu d’orgasmes multiples”, dit-elle. “Mais… je suis toujours aussi excitée. L’énergie entre vous deux est incroyable- si intense. Je veux dire, ne t’arrête pas. Continue.”

Je hoche la tête. “Nous devrions peut-être aller sur le lit”, dis-je. Nous haletons tous les deux lorsque je me retire de toi. Je tends la main et la prends, je l’aide à descendre du canapé. Tu ouvres la voie et nous montons à l’étage. Je peux voir le sourire sur ton visage et me demande brièvement à quoi tu penses.

Lorsque nous arrivons au lit, tu ne perds pas de temps pour grimper et t’allonger sur le dos. “J’ai encore besoin de me faire baiser fort”, dis-tu. Tu regardes par-dessus elle. “Tu es la bienvenue sur le lit pour voir de plus près. N’hésite pas à toucher tout ce que tu veux et où tu veux.”

Elle hésite un bref instant avant de grimper sur le lit à côté de toi. Je m’agenouille à tes genoux et je suis presque subjugué par la vue de vous deux, allongés dans le lit, qui me regardent. Ma bite est dure comme le roc et dépasse de mon corps. Je baisse la main et caresse ma queue tout en jetant un coup d’œil alternatif entre les deux chattes ouvertes pour moi sur le lit. Je me décale un peu et place à nouveau la tête gonflée de ma queue sur les lèvres de ta chatte. Je remarque que ta jambe est maintenant entrelacée avec la sienne alors que tu te décales pour m’accueillir. Lorsque je te pénètre à nouveau, ma jambe recule et nous nous touchons tous les trois. Nous nous installons dans un rythme alors que tu poses tes deux mains sur le haut de mes bras. “Oh mon Dieu… ta queue”, gémis-tu. Je déplace mon poids pour être sur une main afin de pouvoir tenir un de tes seins avec l’autre. Je regarde vers elle et lui indique ton autre sein. Elle tend la main timidement, puis la tient fermement. Tes yeux à moitié ouverts s’ouvrent complètement par surprise et tu commences à gémir pendant que nous manipulons tes seins, les pétrissant et les serrant. Je commence à pincer et à faire rouler ton téton et elle fait de même. Je me penche et te prends dans ma bouche, et une seconde plus tard, je l’entends et la sens à côté de moi. La sensation semble te surcharger, car ton corps se raidit et tu commences à émettre de courts petits gémissements. Je lève brièvement les yeux vers ton visage et réalise que tu es sur le point de jouir. Je redouble d’efforts et soudain, tu commences à avoir des spasmes sous moi. Je sens que ta chatte commence à se contracter sur ma queue, me trayant. Je pousse fort et je tiens bon, en m’efforçant de ne pas jouir. Elle et moi continuons sur tes seins jusqu’à ce que ton orgasme se calme, puis nous détachons nos bouches de tes tétons. Nos visages sont à quelques centimètres l’un de l’autre, et nous nous embrassons instinctivement. Elle est ouverte et prête pour moi, plus que consentante. Elle est presque aussi intense que toi, mais il est clair qu’elle est en territoire inconnu. Je romps le baiser et me mets en position plus droite, me retirant de toi en même temps. Elle s’allonge et pose sa tête à côté de la tienne et vous soupirez tous les deux simultanément de contentement.

Tu parles en premier. “C’est nouveau. Je ne jouis presque jamais par voie vaginale.”

Je souris. “Tu as eu de l’aide”, dis-je.

Elle et toi souriez toutes les deux, puis vous regardez ma queue. “Ooh bébé, tu n’as pas encore joui !”.

Je hoche la tête. “Non. Pas encore. Je l’économise.”

“Pourquoi pas ?” demande-tu. “Normalement, tu jouis deux ou trois fois quand on fait l’amour !”.

Lorsqu’elle entend cela, elle halète de surprise. “Quoi ?”

“C’est vrai”, dis-je. “J’ai une période de réfaction plus courte que la plupart des gars, et en plus je reste généralement dur pendant un bon moment après avoir joui. Mais… je veux étirer ça.” Je baisse la main et recommence à caresser ma queue. Je remarque que ta main est toujours à l’œuvre sur ta chatte.

Elle me regarde avec surprise. “Alors… tu peux littéralement faire l’amour pendant plus d’une heure ?”

Toi et moi, nous rions presque. Tu réponds en premier. “Oui. Nous prenons généralement au moins 45 minutes, mais il n’est pas rare de prendre le double de ce temps. Et généralement deux fois par jour. J’ai failli être en retard au travail plusieurs fois à cause de ça !”.

“Oh mon Dieu”, dit-elle. “C’est tellement chaud !” Puis elle remarque que nous sommes toujours en train de jouer avec nous-mêmes. “Wow. Vous m’excitez tellement les gars ! Ça te dérange si je… ?”

“Bien sûr !” Je dis. “Nous allons baiser encore un peu.”

Elle me regarde directement dans les yeux et rougit. “Hum. Pourrais-tu… Je veux dire, ça te va si… ?” Elle n’arrive pas à formuler complètement la question, mais toi et moi savons tous les deux ce qu’elle veut. Tu te tournes vers elle, poses ta main sur son visage et la regardes dans les yeux.

“Veux-tu te faire baiser par cette magnifique queue ?” lui demande-tu.

Elle inspire fortement et hoche la tête. “Oui”, dit-elle. “Est-ce que ça te convient ?”

Tu souris et acquiesces. “Oh oui. Il n’y a rien de plus sexy que de regarder le visage d’une autre femme au moment où il la pénètre,” dis-tu. “C’est très bien !”

Elle soupire et lève les yeux vers moi. Elle déplace ses hanches et ouvre ses jambes pendant que je me glisse sur le lit. Tu te penches, attrapes ma queue et la frotte sur toute sa fente. Chaque mouvement est incroyable, mais lorsque tu positionnes la tête de ma bite au niveau de son ouverture, je ne peux plus attendre. Je résiste à l’envie de plonger à l’intérieur et je m’approche doucement d’elle. Ses yeux s’ouvrent de surprise. Elle expire à bout de souffle.

“Ohhhh !” Elle me regarde droit dans les yeux. J’introduis doucement ma queue dans sa chatte. Elle m’accueille petit à petit. Je peux sentir l’effort physique qu’elle fait pour s’adapter à ma taille. Le regard qu’elle porte est un mélange étonnant de douleur et d’extase. Après ce qui semble être cinq minutes, je suis complètement en elle. Je la regarde dans les yeux.

“Je vais te baiser maintenant”, dis-je. Elle acquiesce. Je commence à baiser dans et hors d’elle. Tu commences à jouer avec mes couilles et à tenir mon manche alors que nous établissons un rythme. Chaque poussée amène le même regard sur son visage et elle reste sans voix, retenant son souffle. Après quelques instants, elle commence à se retourner contre moi, essayant de prendre plus de moi en elle. Je sens que ta main se faufile à l’avant de ma queue et commence à frotter sur son clito. Elle commence à gémir et à parler.

“Oh Dieu oui ! Joue avec mon clito ! Oh, baise-moi ! Baise ma petite chatte ! Oh Dieu juste là juste là juste là ne t’arrête pas !”.

Je ne peux pas m’en empêcher et je sens les gémissements animaliers recommencer dans ma gorge. Je commence à la baiser fort, comme tu l’aimes. Je remonte ses jambes et les drape sur mes épaules. Tu t’allonges à côté d’elle et joues avec son clito pendant que je baise sa chatte rapidement et fort. En un rien de temps, elle recommence à jouir.

“OhmyGod OhmyGod OhmyGod OhmyGod J’éjacule !” Son corps est secoué de spasmes contre moi et sa tête vacille d’un côté à l’autre tandis que son orgasme l’envahit. Elle se cogne si fort contre moi qu’elle me pousse complètement dehors. Tu continues à travailler sur son clito pendant toute la durée de son orgasme et quelques secondes après. Lorsque la sensation s’estompe, elle laisse échapper une profonde inspiration et murmure doucement “fuck !”. Je me penche en arrière et vous regarde toutes les deux, en train de caresser ma queue bien lisse. Je remarque que tu as toujours une main sur ton propre clito, travaillant furieusement. Tu verrouilles tes yeux sur ma queue alors que ton prochain orgasme te submerge. J’entends ta respiration chanceler et je regarde ton corps se tendre et se détendre alternativement alors que des vagues successives te submergent. Je suis excité au-delà de toute croyance, mais je sais ce que je veux. Après ton orgasme, je tiens ton regard.

“Tu veux la goûter sur ma queue, bébé ?”. Je te demande. Tu acquiesces, les yeux écarquillés.

“Mm-hmm,” tu dis. Je me déplace sur le lit, à califourchon sur ton corps. Tu lèves la tête et prends ma queue dans ta bouche une fois de plus. Elle regarde à quelques centimètres de distance.

“Mon Dieu, c’est tellement chaud !” dit-elle. Tu gardes ma queue dans ta bouche tout en la regardant et en hochant à peine la tête, puis tu redoubles tes efforts. Je ne peux pas m’en empêcher, grognant, gémissant, poussant. Je commence à parler de façon régulière.

“Tu aimes ça, bébé ? Tu aimes le goût qu’elle a sur ma queue ? Tu peux goûter cette chatte que je viens de baiser, n’est-ce pas ?”. Tu réponds par un gémissement à chaque question. “Oh, tu essaies de me faire jouir, n’est-ce pas ? Tu es juste une petite salope du sperme, n’est-ce pas ? Ma propre petite salope de sperme. À côté de nous, elle halète.

“Mon Dieu ! Je n’ai jamais entendu quelqu’un parler de façon aussi sale et le penser- ça a l’air si chaud ! Chaque fois que j’essaie, je suis gênée et je ris !”. Je lui souris pendant que tu continues à sucer ma queue.

“Eh bien, tu n’es déjà pas mal !” Je dis. “Tout à l’heure, tu décrivais ce qui se passait et tu me disais ce que tu voulais. C’est un début ! Pourquoi n’essaies-tu pas de nous parler- décris ce qui se passe et dis-nous peut-être ce qu’il faut faire.”

Elle rougit, puis hoche la tête. “Je vais essayer”, dit-elle. “Ok… suce cette queue ! Est-ce que ça a bon goût ?” Tu captes son regard et acquiesces, et tu émets un petit gémissement au fond de ta gorge. “C’est tellement chaud, que tu suces ma chatte sur sa queue”. Elle me regarde. “Tu aimes te faire sucer la bite comme ça ?” demande-t-elle. Je hoche la tête, en soutenant son regard. “Elle s’est toujours vantée de combien elle aime donner de la tête. Est-ce qu’elle est une bonne petite suceuse de bite ?” Je grogne, ne voulant pas interrompre son débit. “Je parie que tu te fais sucer la bite tous les jours par cette petite salope du cumslut ! Est-ce qu’elle avale toute ta charge ?” Je hoche la tête et commence à pousser dans ta bouche. Les couinements et les gémissements qui sortent de ta bouche autour de ma queue sont si chauds. Elle n’arrête pas de regarder ma queue dans ta bouche, puis mon visage et de nouveau. Elle descend une main vers sa chatte et commence à caresser son clitoris. Elle nous regarde encore un moment, puis déglutit et lève les yeux vers moi. “Hum, j’ai une question”, dit-elle.

“Bien sûr, vas-y”, dis-je entre deux grognements.

Elle te désigne et dit : “Elle dit que tu aimes qu’on joue avec ton cul. C’est vrai ?”

Je hoche la tête. “Oui, beaucoup”, je dis. Elle sourit et rougit en même temps.

“Eh bien, je pense que c’est chaud. J’adore ça. Je peux… jouer avec ton cul ?”

“Bien sûr !” Je dis. “Il y a du lubrifiant dans le tiroir”, dis-je en indiquant le tiroir situé du côté opposé du lit par rapport à l’endroit où elle est allongée. Elle se rend compte qu’elle ne peut pas l’atteindre sans se pencher sur nous. Elle n’hésite pas. Elle se met à genoux et se penche vers le tiroir. Elle porte toujours son débardeur, mais tu prends une main et attrapes ses seins à travers le haut. Elle gémit. Je recule pour créer un peu plus d’espace, retirant ma queue de ta bouche. Tu attrapes immédiatement ma queue et la frotte sur sa joue. Elle fait un petit bruit de surprise, puis tourne la tête vers moi. Sa bouche est à un centimètre de ma queue. Elle se penche en avant et lèche la tête plusieurs fois, puis ouvre sa bouche et me prend à l’intérieur. Je la laisse sucer ma queue pendant quelques minutes, mais j’ai vraiment envie de te baiser à nouveau. Je me retire de sa bouche et redescends sur le lit. Elle fouille dans le tiroir, sort le lubrifiant et se rassied de son côté du lit. Nous nous regardons tous les trois, nous délectant de la sexualité du moment, puis je te regarde et je parle.

“Je vais te baiser”, dis-je. Je la regarde. “Tu vas jouer avec mon cul. En fait, regarde sur l’étagère dans le placard- il y a une gode-ceinture là. Tu vas prendre le gode qui s’y trouve et l’utiliser sur moi.” Vous avez toutes les deux l’air ravies- tu sais que je vais te baiser fort si on joue avec mon cul, elle a l’air d’avoir reçu le meilleur cadeau qui soit. Elle se lève précipitamment tandis que je me penche sur toi. Je guide ma queue dans ta chatte pendant qu’elle fouille dans le placard. Alors que je commence à te baiser, je la sens monter sur le lit derrière moi. Un instant plus tard, je la sens verser du lubrifiant sur mon derrière, puis sentir ses doigts écarter mes joues de cul. L’attente est presque insupportable. Elle commence à explorer mon cul avec ses doigts. Je pense que mes poussées lui donnent quelques problèmes de timing, alors je me retourne vers elle. “Je vais m’arrêter et rester tranquille”, dis-je. “Ne t’inquiète pas d’être douce, tu ne me feras pas mal. Mets du lubrifiant sur ce gode et baise-moi avec.” Elle a l’air de ne pas en croire ses oreilles.

“Ok !” dit-elle. Elle met du lubrifiant sur le gode et l’enfonce doucement en moi pendant que je me repose en toi. La sensation est incroyable. J’ai envie de pousser et de baiser fort. Je veux sentir mon cul se faire baiser. J’entends des grognements involontaires sortir de ma gorge. Je sais vaguement que je pousse peut-être si fort que je te fais mal, mais je suis tellement submergé par l’instinct que je ne peux pas m’arrêter. Elle arrive à suivre mon rythme et bientôt, nous tombons dans un schéma où chaque fois que je me retire de toi, je pousse à nouveau sur le gode. Je sens que je me rapproche, mais je sais qu’il y a encore une chose que je veux. Je te regarde profondément dans les yeux pendant que je te baise.

“Ça te dérange si elle utilise la gode-ceinture, bébé ?”. Je te demande. Tu n’arrives même pas à former des mots, mais tu hoches la tête pour dire oui. Je l’entends haleter derrière moi.

“Vraiment ?” demande-t-elle. “Je peux ?”

“Oui”, dis-je. “Mais ne tourne pas autour du pot – dépêche-toi.” Elle pousse le gode à l’intérieur de moi, puis se lève du lit pour attacher le harnais autour de ses hanches. Je me retire de toi et te tire sur le côté du lit, puis je fais passer tes jambes par-dessus le bord et te mets debout. “Je vais te baiser debout, par derrière, pendant qu’elle me baise avec la gode-ceinture”, dis-je. Tu frissonnes et regardes par-dessus ton épaule pour me regarder.

“Mon Dieu, c’est tellement chaud”, dis-tu. Je te pénètre par derrière. Je sens ses mains sur mes épaules alors qu’elle me parle à l’oreille.

“Je dois retirer le gode de toi pour le mettre dans le harnais”, dit-elle. Je hoche la tête. Elle le sort de moi, puis le glisse dans le support. Après quelques secondes, je le sens de nouveau sur mon cul, puis elle le glisse soudainement en moi. Je grogne et gémis, puis je pousse dans ton corps aussi fort que je peux. Je sens tout ton corps frémir à chaque poussée. Elle arrive rapidement à suivre mon rythme et me baise pendant que je te baise. Je sens ma queue gonfler et durcir en toi.

“Oh mon Dieu, les filles, je me rapproche”, dis-je. Tu arrives à peine à sortir tes mots et ils dégringolent les uns sur les autres.

“Dieu oui putain putain putain tu me baises si fort que je peux sentir ta bite palpiter en moi oh Dieu oui oui oui ne t’arrête pas putain continue de me baiser ne t’arrête jamais de me baiser…”

Elle gémit derrière moi. “C’est tellement chaud. Tu aimes te faire baiser le cul ?”

Je ne peux que grogner et gronder alors que je continue à te pilonner pendant qu’elle baise mon cul. Je peux sentir mon orgasme monter de mes cuisses. Je sens le point de non-retour arriver et j’attrape tes hanches brutalement. Je coince ta taille contre le lit pendant que je pousse mes hanches dans les tiennes. Je sens tes fesses pousser contre moi alors que j’enfouis ma queue dans ta chatte. Mon orgasme monte simultanément de mes cuisses et de ma poitrine. Je peux sentir deux vagues qui se dirigent vers ma queue depuis les côtés opposés de mon corps, puis les sentir entrer en collision.

“Fuuuuck je jouis !” Je parviens à crier. Puis l’instinct pur prend le dessus et je deviens complètement non-verbal. Tout ce que je peux faire, c’est hurler et crier de façon incohérente. Je sens chaque impulsion et chaque contraction musculaire onduler dans mon entrejambe et ma queue. Le sperme se déverse hors de moi, ce qui semble être un gallon. Je maintiens ma queue à l’intérieur de toi, aussi loin que je peux aller. Elle pousse le gode aussi loin qu’elle peut à l’intérieur de moi. Je me sens tellement plein. Je peux sentir tout mon corps pulser alternativement autour du gode dans mon cul et de ma queue. Je jouis pendant ce qui me semble être une minute. Puis je me détache du gode et je sors de toi. Je suis encore dur, mais la force de mon orgasme m’a assommé pour un moment. Je m’écroule sur le sol et vous me regardez toutes les deux. Vous ne faites que gémir et pleurnicher. Elle est capable de parler.

“Bon sang, c’était chaud. Tu as joui comme personne que j’ai jamais vu !”.

Je ne peux que hocher faiblement la tête en signe de reconnaissance. Elle nous regarde tous les deux avec émerveillement et admiration.

“Alors… laisse-moi résumer,” dit-elle. “Vous baisez comme ça tous les jours, souvent deux fois par jour ?” Nous nous regardons l’un l’autre et hochons la tête. Tu parles en premier.

“Eh bien, en général, il n’y a que nous, mais oui- sauf que nous sommes peut-être un peu plus durs quand il n’y a que nous. Et- nous ne finissons pas toujours avec un ‘O’ debout !”

trio bdsm voyeuse fantasme Dans la vie de tous les jours, je me fais souvent draguée. Bref tout ça pour dire que je plais assez facilement sans me vanter.Je decouvre ce portail donc j'espere y tchater tres vite avec des hommes qui recherchent la meme chose que moi. Bon sinon j’ai aussi un petit faible pour les hommes typés genre gitans, ça s’est trop mon style.