Assise sous l’auvent à côté de son camion, Valérie a regardé la rue et a décidé que la foire commençait à se terminer. Elle a poussé un soupir de soulagement à la fois parce que la longue journée était terminée et parce qu’elle allait faire un bénéfice décent en travaillant à la fête foraine de la petite ville. Vu son nom, elle aurait très bien pu être destinée à vendre des glaces faites maison à l’arrière d’un camion, mais cela n’avait certainement pas été son plan.

Victime de la récession économique, elle était l’une des nombreux employés de bureau qui se sont retrouvés sans emploi. Le chômage ne suffisait pas à payer les factures, et la plupart des emplois disponibles n’étaient pas beaucoup mieux. À vingt-huit ans, elle était confrontée à un avenir sombre.

C’est alors que l’idée lui est venue.

Son père avait utilisé le camion pour distribuer des glaces lors de réunions de famille et d’événements sociaux à l’église, mais Valérie avait de plus grands projets. Travailler sur de petits événements comme la fête foraine signifiait beaucoup de travail pour gagner quelques dollars, mais cela signifiait aussi qu’elle pouvait rester hors du radar du gouvernement, en utilisant l’argent pour compléter son chômage.

Maintenant, elle avait au moins assez d’argent pour payer les factures, si ce n’est vivre confortablement.

La foule continuait à s’amincir et elle a décidé de commencer à faire ses bagages. Lissant ses mèches rouges, elle s’est levée et s’est mise au travail. Il a fallu un certain temps pour tout ranger et démonter l’auvent, et elle voulait être prête à rouler pour rentrer chez elle une fois que les derniers clients potentiels auraient disparu de la rue.

Naturellement, quelqu’un devait briser son coup de chance. L’une des dernières personnes à se présenter a finalement prononcé la phrase qu’elle avait réussi à éviter toute la journée et qu’elle avait fini par mépriser.

Nous crions tous pour une glace.

D’une certaine manière, elle a souri et a laissé échapper un rire convaincant, même si tout ce qu’elle voulait faire, c’était crier. C’était mignon les deux premières fois, mais ça commençait vraiment à la fatiguer.

Alors qu’elle était sur le point de fermer la porte du camion et d’en finir, quelqu’un est venu vers elle. N’étant pas du genre à laisser échapper le moindre dollar, elle a affiché un sourire lorsque l’homme s’est approché et a dit : “Je peux vous aider ?”.

“Je pourrais peut-être t’aider, en fait.” Il a fouillé dans une poche et en a sorti un prospectus. “Nous recherchons des vendeurs pour travailler sur un événement, si cela t’intéresse.”

“Toujours”, a dit Valérie en prenant le prospectus et en le louchant dans la lumière tamisée.

“L’événement est dans deux semaines, alors j’ai besoin que tu m’appelles bientôt.”

Elle a agité le prospectus et a dit : “Je le regarderai et te le ferai savoir demain.”

“J’attends ton appel avec impatience.”

Ce n’est qu’après qu’il soit parti qu’elle a réalisé qu’il n’avait même pas proposé de nom. En supposant qu’il était sur le prospectus, elle a haussé les épaules, puis a baillé. Son lit l’appelait – et l’appelait fort. Valérie est montée dans la cabine, a allumé le camion et s’est dirigée vers la maison.

****

Le lendemain matin a commencé ce qui se rapprochait le plus d’un jour de congé pour Valérie. Tout ce que cela signifiait, c’est qu’elle était au téléphone et sur Internet toute la journée, à essayer d’organiser un autre événement, plutôt que d’en travailler un. Elle devait prendre suffisamment d’avance pendant la saison estivale pour pouvoir passer l’hiver et recommencer le processus l’année prochaine.

Sirotant sa deuxième tasse de café, elle s’est assise devant son ordinateur, puis s’est souvenue du prospectus. Elle l’a sorti de son sac à main et y a jeté un coup d’œil pour voir si cela valait la peine de rappeler.

Elle a écarquillé les yeux en lisant le prospectus. D’après ce qu’elle lisait, il n’y avait aucun frais d’aucune sorte. Les services publics étaient fournis gratuitement. Un système de chèques signifiait qu’elle n’aurait même pas à manipuler d’argent. Tout ce qu’elle devait habituellement allumer le charme pour obtenir était fourni d’avance. Si l’estimation de la fréquentation de l’événement de trois jours était exacte, elle pouvait gagner beaucoup d’argent.

Trop beau pour être vrai, a-t-elle pensé, mais elle a quand même décroché le téléphone.

La voix qui a répondu ressemblait à celle du même homme qui lui avait remis le prospectus, et s’est identifiée par le nom figurant sur le prospectus – Mathieu Gerrin. Après avoir expliqué qui elle était, elle s’est lancée dans les questions.

“Oui, c’est exactement ça”, a-t-il dit à la fin, confirmant tout ce qui se trouvait dans le flyer. “Alors, tu te dis, quel est le piège ?”

“La pensée m’a traversé l’esprit”.

Matt a ri. “Eh bien, il y en a un, mais je doute que ce soit quelque chose à quoi tu te serais attendu. L’événement que nous organisons est un rassemblement du Jour nu de plusieurs groupes de nudistes. Il commence le Jour nu et dure jusqu’à samedi. Tous tes clients seront nus pendant les trois jours de l’événement.”

“C’est un peu un piège”, dit Valérie en gloussant. “Je pense que c’est quelque chose que je peux gérer cependant.”

“C’est bon à entendre. Malheureusement, ce n’est pas la seule stipulation. Pour que nos visiteurs se sentent à l’aise, nous exigeons que nos vendeurs soient également nus.”

La bouche de Valérie s’est ouverte et elle n’a pas trouvé de mots pour répondre à cela.

Il a continué : “N’oublie pas qu’il y a des laissez-passer pour entrer dans la propriété, et que seules les personnes invitées seront autorisées à entrer. Une fois à l’intérieur, aucun vêtement n’est autorisé au-delà de l’aire de stationnement. Toutes les personnes qui seront présentes sont des nudistes.”

“Je… Je ne sais pas.”

“Je sais que c’est un choc, et je n’attends certainement pas une réponse immédiate. Prends le temps d’y réfléchir. Tant que tu peux confirmer d’ici le week-end prochain, c’est parfait. Nous serions vraiment ravis de t’avoir. Cela fait deux ans que je cherche un vendeur de glaces, et avoir des glaces faites maison n’est qu’un bonus.”

La surprise se disputait avec le profit potentiel dans sa tête, mais aucun des deux ne gagnait du terrain. “Je vais définitivement devoir y réfléchir.”

“Parfaitement bien. J’espère avoir de tes nouvelles.”

Valérie a raccroché le téléphone, les lèvres pincées et les sourcils froncés. Au bout d’une minute, elle s’est levée et s’est éloignée de l’ordinateur. Même si elle n’avait rien fait de tel depuis plusieurs années, ce n’était pas comme si la nudité publique était entièrement nouvelle pour elle. Pendant l’université, elle avait traversé une phase d’exhibitionnisme et s’était même retrouvée dans deux vidéos du style Girls Gone Wild.

Mais c’était l’université, et elle avait dépassé la trentaine.

Un tir sur la queue de sa chemise a révélé son ventre. Il n’était certainement pas aussi plat que lorsqu’elle était à l’université, mais pas trop mal. Quelques pas l’ont amenée à la salle de bain, et elle a jeté un coup d’œil dans le miroir tout en tirant sa chemise plus haut. La gravité ne faisait pas trop de ravages sur ses seins, ce qui était un miracle vu à quel point elle était bénie en haut. Elle s’est tournée de profil et a laissé échapper un hmm sans commentaire.

Redescendant son haut, elle tourna le dos au miroir et laissa tomber son short. Elle devait admettre que ses fesses étaient toujours aussi belles. Une secousse montrait un peu plus de secousses qu’elle aurait aimé, mais ce n’était pas forcément une mauvaise chose. Lorsqu’elle s’est retournée, le premier vrai problème a surgi – ou plutôt, a eu besoin de surgir.

La lutte constante pour maintenir les revenus signifiait qu’elle n’avait pas beaucoup de temps libre, et une chose qui était passée à la trappe était de tailler le nid de boucles rouges entre ses jambes. Ce n’était pas comme si quelqu’un allait le voir de toute façon, car le sexe était une autre chose qui avait disparu du radar. Elle pouvait à peine voir l’anneau de sa capuche à travers les ronces, sans parler d’autre chose.

La taille, le rasage et quelques abdominaux étaient de mise, mais dans l’ensemble, elle ne s’effondrait pas trop. Un peu de la frime en elle est remontée à la surface une fois de plus, et elle s’est déhanchée, affichant un sourire coquet. L’image qui lui souriait en retour l’a fait rire, et elle a remonté son short avant de s’éloigner.

L’argent était trop beau pour le laisser passer. À peine dix minutes après avoir raccroché le téléphone, elle l’a de nouveau décroché pour confirmer qu’elle était partante pour l’événement.

****

Valérie s’est arrêtée derrière une voiture qui attendait à la porte, l’estomac plein de papillons. Elle avait été bien jusqu’à ce qu’elle tourne sur la dernière route de gravier, mais maintenant elle se sentait aussi nerveuse qu’une vierge le soir du bal de promo. La voiture devant elle est passée, et c’était son tour. C’est parti pour rien.

L’homme dans la cabine – qui était entièrement vêtu – a souri quand elle s’est arrêtée. “Je suppose que tu es Valérie ?”.

Elle a hoché la tête. “C’est moi.”

“Donne-moi une seconde pour appeler Mathieu. Il t’aidera à t’installer et à démarrer.”

Les papillons sont entrés dans une frénésie positive pendant que le gardien parlait sur son portable. Valérie a avalé de toutes ses forces lorsqu’il est sorti et a soulevé le portail.

“Tu verras le parking juste après ce virage devant toi. Matthieu a installé sa tente là-bas et il t’attend.”

Elle n’a pas eu longtemps à attendre après avoir tourné le coin avant que la réalité de ce qu’elle faisait ne la frappe. La première chose qu’elle a vue, en plus des nombreuses voitures garées sur le terrain de gravier, était un couple d’âge moyen, nu, qui s’éloignait de leur voiture, plus loin dans la zone boisée. Une seconde plus tard, Mathieu est sorti de sa tente.

Il avait l’air complètement à l’aise en marchant vers son camion, une bite de longueur moyenne se balançant avec ses pas. La seule chose qu’il portait était un collier de perles colorées, et il en portait un similaire.

“Dernière chance de faire marche arrière”, a-t-il dit, puis il a ri. “Si tu penses que tu es toujours partante, tu peux y aller et te déshabiller, et je te conduirai à l’endroit où tu peux t’installer.”

Elle était venue jusqu’ici, et la possibilité de gagner assez d’argent pour se donner bonne conscience en prenant un vrai jour de congé l’a poussée à bout. “Je suppose que je suis aussi prête que je ne le serai jamais.”

Son sourire s’est élargi et il a brandi le collier. “Le prix de tout est fixé sur des demi-dollars ou des dollars. Les blancs sont à cinquante cents, les rouges à un dollar, les bleus à cinq et les violets à dix. Nous pouvons simplement sortir les tiens quand nous te paierons chaque jour pour le nombre que tu as collecté. Les portefeuilles ne sont pas vraiment pratiques, vu le code vestimentaire.”

Le visage un peu rouge, Valérie a accepté le collier et a dit : “Je suppose que non.” Elle a mis le camion en stationnement, s’est endurcie et a ouvert la porte.

“Il y a des écrans installés là-bas. Tout le monde ici est nudiste, mais cela ne veut pas dire qu’ils aiment tous être observés pendant qu’ils se déshabillent. C’est un peu difficile à comprendre pour quelqu’un de l’extérieur, j’en suis sûre.”

“Merci.”

“Je vais attendre ici.”

Pensant que les papillons dans son estomac allaient la faire s’envoler avec leurs battements, Valérie s’est dirigée vers les écrans. Il y avait des bancs installés dans chaque section, afin de s’asseoir tout en enlevant son pantalon, a-t-elle supposé. Elle en a choisi un qui était ouvert, et a tiré le rideau pour le fermer.

Pensant qu’il valait mieux traiter le tout comme de l’eau froide, en prenant le choc d’un seul coup, elle a commencé à retirer ses vêtements, en essayant de ne pas y penser. Une fois nue, elle a ramassé ses vêtements et a regardé le rideau fermé. C’est l’heure de faire ou de mourir.

Avec une énorme poussée de volonté, elle a tiré le rideau et s’est avancée au soleil dans son costume d’anniversaire. Un homme qui passait par là lui a fait un signe de tête, mais sinon il a agi comme si absolument rien n’était inhabituel. Mathieu a fait à peu près la même chose, et même si l’expérience était quelque peu déconcertante, elle était aussi réconfortante. Personne ne la lorgnait, et tout le monde était tout aussi nu.

Mathieu a pointé du doigt une route en gravier qui menait dans les arbres. “C’est la route de service. Suis-moi, et je te montrerai où t’installer.” Il a ensuite commencé à marcher.

Valérie est montée dans le camion, la sensation de ses fesses nues sur les sièges en vinyle était pour le moins originale. Elle a jeté ses vêtements sur le siège passager et a mis le camion en marche. Le trajet à travers les arbres n’a pas été long, même en suivant Mathieu dans sa marche, mais il y avait plus qu’assez de feuillage pour cacher ce qui se trouvait au-delà du parking. Une fois de nouveau dans la lumière du soleil, elle ne put s’empêcher de souffler.

Une grande clairière dans les arbres entourait une pelouse manucurée parsemée d’arbres fruitiers et de plantes à feuilles persistantes. Un lac étincelant se trouvait au-delà, avec une large bande de plage. Partout où elle regardait, il y avait des gens nus. Certains étaient dans les douches ouvertes, discutant tandis que l’eau fraîche les baignait. La plage était bien peuplée de personnes prenant le soleil, tandis que d’autres nageaient ou pagayaient dans des canoës.

Valérie a surmonté son choc face à la beauté de l’endroit et a suivi les instructions de Mathieu qui lui a fait signe de se garer sur une aire de gravier avec des branchements électriques et d’eau. Elle s’est arrêtée, regardant dans le rétroviseur pour s’assurer que le camion était bien aligné, puis a coupé le moteur.

“Qu’en penses-tu ?” Mathieu a demandé en s’approchant de la fenêtre.

“Wow. C’est magnifique.”

“Merci. Cela a pris beaucoup d’années et beaucoup d’argent, mais nous sommes plutôt fiers de cet endroit. Je te laisse ouvrir les portes de l’entreprise. Je suis sûre que tu seras occupée dès que tu auras accroché ton bardeau, et ça ne fera qu’augmenter une fois que le bouche à oreille aura fonctionné.”

Valérie est descendue du camion et a presque immédiatement vu la porte de la remorque à côté d’elle s’ouvrir. Une femme blonde portant un long tablier est sortie et a salué. Elle a ensuite retiré le tablier, révélant qu’elle était nue en dessous.

“Oreilles d’éléphant. La graisse chaude et la peau nue ne vont pas bien ensemble. On dirait que nous sommes voisins.”

Valérie a gloussé, à la fois sur les mots de la femme et sur l’absurdité de discuter en étant complètement nue. “On dirait bien.”

“Karine.”

“Valérie.”

“Quel beau prénom. C’est ta première fois ?”

“Ça se voit ?”

“Un peu. En fait, je m’y suis habituée avant la fin du premier jour, il y a quelques années. Les compliments sont un peu choquants au début, mais c’est à peu près la même chose que quelqu’un qui complimente ta tenue, et ça ne semble plus aussi étrange après un certain temps. Détends-toi, et je pense que tu découvriras que c’est en fait assez amusant.”

“Alors, tu n’es pas nudiste ?”

“Je ne l’étais pas quand j’ai commencé, mais après la première année, j’ai tendance à le devenir. C’est libérateur. Où d’autre une femme de quarante-cinq ans peut-elle être nue et ne pas voir les gens fuir ?” Elle a tendu ses mains sur le côté, encadrant un corps qui tient bien la route pour son âge.

“Comment vont les affaires ?” a demandé Valérie en se dirigeant vers l’arrière du camion pour ouvrir les portes. Garder son esprit concentré sur le travail aidait à atténuer l’étrangeté de ce qu’elle faisait.

“Merveilleux. Je suppose que le fait de ne pas avoir à acheter de vêtements te laisse beaucoup d’argent de côté. Je m’en sors mieux ici en trois jours que dans deux ou trois foires de comté. Il n’y a pas autant de concurrence, pour commencer, et tu as un public semi-captif.”

“Cela semble prometteur”, remarque Valérie avec un enthousiasme sincère.

“Mon prochain lot devrait être prêt à être tourné, alors je vais te laisser t’installer. Si tu as besoin de quelque chose, je suis juste à côté.”

Valérie lui a rendu son salut, puis s’est concentrée sur la tâche de mise en place. Les premiers clients sont arrivés avant qu’elle ne soit complètement prête, commençant une journée très chargée.

****

“N’a-t-elle pas les seins les plus parfaits, Harold ? Et ce nombril est tout simplement adorable.”

“Mmm hmm”, a répondu le mari rondouillard de la femme, puis a désigné son bol avec la cuillère. “C’est vraiment bon.”

“Les hommes. Je te jure”, a dit la femme, puis elle a roulé des yeux en déposant ses perles dans le récipient agréablement rempli et a ramené son mari sur la plage pour regarder le coucher de soleil.

Valérie était stupéfaite de voir à quel point elle était détendue avec les gens qui non seulement la voyaient nue, mais commentaient réellement tout, de son teint à son anneau de capuche. Au contraire, elle trouvait cela excitant. Pour ses clients, la nudité n’a peut-être rien à voir avec le sexe, mais elle avait un peu de mal à séparer les deux dans son propre esprit.

Tout le monde n’inspirait pas cette réaction, mais il y avait certainement une poignée d’hommes qu’elle devait faire attention à ne pas fixer longtemps. Avec une telle variété en exposition ouverte, trouver quelque chose qui la séduisait était presque une certitude.

La première fois que ses mamelons s’étaient raidis en remarquant un homme bien doté, elle avait découvert à quel point il était difficile de se cacher quand on est nu.

Avec le coucher du soleil, de nombreuses personnes se rassemblaient autour des tentes qui avaient poussé près des arbres toute la journée. Le flot de clients s’est arrêté, mais pas avant d’avoir donné à Valérie un beau bénéfice pour la journée. Si les deux jours suivants se passaient aussi bien, elle pourrait très bien pouvoir prendre plus d’un jour de congé, ou même s’acheter quelque chose de bien pour elle, pour une fois.

“On dirait que tu as passé une bonne journée”, a remarqué Karine en sortant de sa remorque et en montrant le bocal en plastique rempli de perles.

“Ça valait bien le voyage”.

“Et pas de traces de bronzage”.

Valérie a ri, s’étant prise d’affection pour la femme plus âgée pendant les discussions entre les nuées de clients. “C’est vrai.”

“Alors, tu restes, ou tu pars et reviens dans la matinée ?”

Elle n’avait toujours pas pris sa décision en arrivant ici, mais la difficulté de faire ses valises et la distance à parcourir pour rentrer chez soi l’avaient décidée dans la journée. “Je reste. J’ai une tente dans le camion.”

“Je suis toujours debout tôt. Je pourrais te réveiller, pour que tu puisses prendre une douche.”

“Ça a l’air bien.”

“J’ai aussi du vin. Intéressé ?”

“Absolument.”

Karine a souri. “Je vais sortir quelques chaises et les bougies à la citronnelle.” Elle a ensuite fait un signe de tête vers le lac et a froncé les sourcils. “On dirait que tu n’as pas tout à fait fini pour la journée.”

Oh là là, pensa Valérie. Les deux jeunes hommes blonds avaient visité sa table au moins cinq fois pendant la journée, bien plus que n’importe qui d’autre. Ils étaient en minorité, car elle devinait que la plupart des autres personnes avaient trente ans ou plus. Le couple qui s’est approché avait tout au plus une vingtaine d’années. Des corps musclés et des dotations généreuses signifiaient qu’elle allait devoir livrer une autre bataille difficile pour cacher la puissante réaction qu’ils lui inspiraient.

“Je crois que nous sommes accros”, a dit le premier des deux, qui s’était identifié comme Greg, en décrochant le fermoir de son collier pour récupérer des perles.

“Tant mieux pour moi”, a badiné Valérie, luttant contre l’envie de regarder ce qui se balançait entre ses jambes pendant qu’elle plongeait dans le congélateur pour les servir.

“Je n’ai jamais rien eu de tel”, a ajouté l’autre, nommé Brian.

“Ce n’est que de la glace faite maison”, a-t-elle protesté.

“Tu vas probablement te ruiner et grossir avec ça”, a dit Brian, alors que le couple déposait ses perles.

Même si elle savait qu’elle ne devait pas le faire, Valérie n’a pas pu s’empêcher de sourire et de flirter un peu. Elle s’est penchée et a posé ses mains sur la table, réalisant seulement à la dernière seconde à quel point cela allait faire osciller et gigoter ses seins. “Je dois te couper la parole ?”

“Pas question”, a dit Greg, puis il a ri alors que le couple se tournait pour marcher dans l’obscurité grandissante.

Valérie n’a pas pu retenir un grognement silencieux d’excitation à la vue de deux fesses si parfaites qui se fléchissaient.

“Moi aussi.”

N’ayant même pas remarqué que Karine s’approchait, Valérie a sursauté et s’est couvert les yeux avec sa main, gênée.

Karine a gloussé. “Il n’y a pas de quoi être gênée. Il s’agit d’admirer la beauté du corps humain, et – mmm – c’est certainement très beau.”

“Tu es terrible.”

“Je sais. Montons nos tentes et buvons du vin.”

Matthieu est arrivé pour échanger des perles contre de l’argent peu après que les deux femmes se soient assises pour se détendre, ce qui a encore renforcé la bonne humeur de Valérie. Savoir ce que les perles représentaient était une chose. Avoir l’argent dans le coffre-fort anti-feu du camion en était une autre.

Pour couronner le tout, pas une seule personne n’avait prononcé sa phrase préférée.

Les deux femmes étaient assises en train de discuter, admirant un magnifique coucher de soleil. Le vin a coulé à flots et elles ont continué à parler jusque dans la nuit, éclairées par la lueur des bougies à la citronnelle qui vacillaient pour éloigner les moustiques.

Au début, c’était calme et presque imperceptible. Le son ne s’immisçait dans la conversation que par instants, impossible à déchiffrer, et provenant toujours de différents endroits. Il n’a cessé de harceler la conscience de Valérie, jusqu’à ce qu’un cri d’un volume plus élevé soit enfin enregistré.

Lorsque ses yeux se sont écarquillés en réalisant que ce qu’elle avait entendu était des sons de passion, Karine l’a remarqué et a ri.

“Je suppose que tu as finalement entendu, hein ?”

“Eh bien, oui”, a répondu Valérie d’une voix calme. “Je pensais que ça ne concernait pas le sexe ?”

“Ce n’est pas le cas, mais ça ne veut pas dire que ça n’arrive pas. Je suppose qu’on ne peut être nu tout le temps pendant un certain temps sans que les choses surgissent.” Elle a levé un doigt, mimant un pénis en érection. “Il y a une sorte de règle non écrite selon laquelle rien ne se passe tant que le soleil brille, ou à l’air libre. Une fois que le soleil est couché et que tout le monde est dans sa tente…”

Un glapissement strident, bien plus fort que tous les sons qui ont jusqu’à présent fendu la nuit.

Karine fit un geste vers l’endroit d’où le son était parti.

“Au moins quelqu’un en profite”, marmonna Valérie, la voix pleine de jalousie moqueuse. Bien sûr, il y avait une réelle envie sous l’espièglerie, car cela faisait plusieurs mois qu’elle n’avait été avec personne.

Karine bâilla. “Et sur cette note, je pense que je vais aller me coucher. Une fille ne peut écouter ça qu’un certain temps avant de commencer à déprimer. Toi ?”

Valérie a fait tournoyer sa tasse de vin. “Je pense que je vais finir ça.”

“Je te verrai demain matin, alors. Bonne nuit.”

“Bonne nuit”, a répondu Valérie.

C’était presque surréaliste, assise nue dans une chaise de jardin, une tasse de vin à la main, en regardant le clair de lune scintiller sur le lac. Il y a quelques semaines, elle n’aurait même pas pu imaginer qu’elle serait un jour ici – et encore moins qu’elle se sentirait aussi bien qu’elle le faisait. Peut-être qu’il y avait plus de choses qu’elle ne pensait dans son parcours à l’université.

Rendue moelleuse par le vin, elle s’est assoupie, mais seulement pendant quelques minutes. Lorsqu’un insecte volant près de son oreille l’a réveillée, elle s’est étirée et a ouvert les yeux, se préparant à se lever.

La vue des deux jeunes hommes debout devant elle l’a fait sursauter. Une fraction de seconde plus tard, elle s’est rendu compte qu’elle était assise avec les jambes écartées et la tête penchée en arrière, projetant ses seins vers le haut. Éclairée par une combinaison de lumière de lune et de feu, elle était en pleine exhibition pour le couple devant elle.

Les sourires sur les visages de David et Greg laissaient entendre qu’ils avaient apprécié le spectacle.

Valérie a rapproché ses genoux, en essayant de ne pas rendre le mouvement trop évident, afin de cacher son embarras. “Un peu tard pour une glace, n’est-ce pas ?”

“Je ne sais pas. Un double dip semble vraiment bien maintenant,” dit David. Il s’est ensuite tourné vers son ami, et les sourires sur leurs visages se sont élargis.

“Tu as de la chance que je sois une fille si douce”, a-t-elle dit en se levant. Naturellement, le fait que des hommes plus jeunes et costauds l’admirent était la vraie raison. Cela faisait du bien et valait largement l’effort de leur préparer quelques bols avant de se coucher.

Valérie a tiré en arrière la bâche qui pendait autour de son auvent, a ouvert la porte arrière du camion et est montée dedans, son corps répondant une fois de plus à la paire. Ils l’ont suivie et se sont tenus dans l’embrasure de la porte en attendant qu’elle récupère les bols et les cuillères. Entre le vin et son excitation, elle a ressenti le désir de s’exhiber un peu. Plutôt que de s’agenouiller pour atteindre les armoires, elle s’est plutôt penchée. Les nerfs l’ont empêchée de jeter un coup d’œil pour voir s’ils regardaient, bien qu’elle ait eu la sensation d’avoir des yeux sur elle.

Il ne restait qu’un peu de la dernière fournée, mais c’était suffisant pour deux bols. Elle a ouvert le congélateur et a récupéré le récipient – en se penchant une fois de plus pour sortir ses fesses. Quand elle s’est redressée et s’est retournée, les deux hommes ont levé les yeux lentement, ne faisant aucun effort pour cacher que son spectacle n’était pas passé sans public.

Les yeux de David ont quitté son visage pendant un moment. “Un peu froid, hein ?”

“Eh bien, c’est un congélateur”, a-t-elle réussi à dire, un frisson parcourant son échine en sachant qu’il regardait ses tétons raides.

C’est alors qu’elle a remarqué.

Les deux bites impressionnantes qu’elle avait regardées furtivement toute la journée étaient sensiblement plus grosses et ne pendaient plus. Au lieu de cela, elles s’élevaient régulièrement vers le haut. La vue était presque hypnotique. À tel point qu’elle n’a pas réalisé combien de temps elle a regardé ouvertement.

“Il fait un peu chaud ici”, a dit Greg, la sortant de sa transe et inondant son visage de chaleur.

Le cœur de Valérie a battu la chamade. Elle aurait pu faire passer ces regards pour une curieuse admiration nudiste, mais les bites en érection qui se balancent à quelques mètres d’elle parlent de quelque chose de totalement différent.

Sont-ils réellement excités ? Tous les deux ?

Même ses mini-fantasmes de la journée n’avaient jamais osé aller jusque-là. Elle n’avait jamais été avec plus d’un homme à la fois, même si cela avait toujours été une pensée incroyablement excitante. Toujours un peu dubitative, elle a décidé de jouer la sécurité et a tendu les bols.

David a plongé sa cuillère presque immédiatement, mais plutôt que de la porter à sa bouche, il a demandé : “Tu veux une bouchée ?”.

Le léger picotement qu’elle avait ressenti entre ses jambes toute la journée à chaque fois que le couple était là s’est transformé en une impulsion électrique alors que la moiteur inondait son sexe. Le regard de David parlait très clairement de faim – et pas de glace. C’était un fantasme dans lequel elle s’était laissée aller, et avoir un homme qui la nourrit la mettait toujours en feu.

Elle a souri – espérant contre toute attente qu’elle ne rêvait pas ou n’imaginait pas des choses. “Bien sûr.”

David a tendu la cuillère vers ses lèvres et elle les a écartées. Le goût de la vanille a réveillé ses papilles gustatives, même si les flammes de la passion montaient en flèche. Il a retiré la cuillère lentement, et elle l’a sucé. Un petit bruit de baiser a accompagné la cuillère quittant finalement ses lèvres.

“Que dirais-tu d’une autre ? demanda Greg, sa cuillère se rapprochant déjà de ses lèvres.

Valérie a pris une grande inspiration et a hoché la tête, répétant la démonstration sexy. Un petit peu de crème glacée accrochée au dos de la cuillère près du manche a dégoutté sur son menton.

“Oups”, dit Greg en gloussant. Il a utilisé la cuillère pour ramasser la cuiller et, les yeux rivés sur les siens, a porté la cuillère à ses propres lèvres.

Elle n’a pas pu réprimer le frisson que cette vision lui a inspiré.

“Une autre ?” a demandé David, sans attendre de réponse non plus. En approchant la cuillère de ses lèvres, il l’a inclinée délibérément, sans faire d’effort pour cacher ce qu’il faisait.

Valérie a sursauté lorsque la crème fraîche à la vanille s’est répandue sur son sein et son mamelon droit.

Sa voix profonde et pleine de séduction, David a demandé, “Tu veux que je prenne ça ?”. Il a serré sa queue en même temps.

“Oh oui”, a-t-elle répondu d’une voix à peine supérieure à un murmure.

Il s’est penché, sa langue s’enroulant autour de la pointe raide de son mamelon. Valérie a aspiré une respiration hésitante, puis a gémi quand il a refermé ses lèvres autour d’elle.

Greg l’a guidée pour qu’elle le regarde, et ses paupières se sont ouvertes. “Je ne pense pas avoir tout compris.”

Elle a failli se pâmer lorsqu’il l’a embrassée, mais a eu assez de présence d’esprit pour que sa langue se joigne à une danse avec la sienne. Pendant tout ce temps, David a continué à sucer son mamelon. D’une manière ou d’une autre, au milieu du baiser, Greg a réussi à faire couler une cuillère pleine de crème glacée sur son téton opposé. Un glapissement étouffé lui a échappé sous le choc lorsque ses lèvres ont quitté les siennes pour trouver le bouton crémeux.

Haletant pour respirer, elle a enroulé ses doigts dans les cheveux des deux jeunes étalons qui adoraient ses seins. Puis, dans un mouvement quasi simultané, les deux hommes l’ont relâchée. Elle a gémi de déception, mais les regards lubriques que les deux hommes lui ont lancés indiquaient que le plaisir était à peine terminé.

Une des mains de Greg a serré ses fesses tandis que David a pris sa main, s’agenouillant et tirant vers le bas en même temps. Ses jambes se sentant de toute façon faibles, elle s’est couchée sur l’herbe à genoux. Des mains fortes l’ont ensuite guidée pour qu’elle s’allonge.

Son dos s’est arqué alors que des cuillères jumelles de crème glacée dégoulinaient sur ses seins. Des ruisselets de la crème fraîche ont coulé le long des globes et les deux ont finalement posé leurs bols. Avec eux si proches, de part et d’autre d’elle, elle ne pouvait plus résister. Elle a tendu la main, glissant ses doigts sur les deux phallus en érection.

“Oh mon dieu”, a chuchoté Valérie en se précipitant. Ils étaient tous deux durs comme de la pierre sous ses doigts, et ils semblaient encore plus durs lorsqu’elle enroulait les doigts autour des tiges palpitantes. Elle n’a eu qu’un bref instant pour profiter de la sensation avant que les deux hommes ne se retirent pour s’allonger, penchés sur son corps.

Les langues ont tourbillonné sur ses seins, léchant la crème. Des lèvres se sont refermées sur ses mamelons raides, les suçant fortement et la faisant gémir. Encore et encore, les cuillères se sont levées au-dessus d’elle, faisant cascader la confiserie faite maison sur sa peau. La crème froide et les bouches chaudes la taquinaient et la titillaient, la faisant se tordre sur l’herbe.

Perdue dans un brouillard de plaisir, elle n’était pas prête.

Un cri aigu s’est échappé d’elle lorsqu’une cuillerée de crème glacée s’est répandue sur sa chaleur humide. Son clito gonflé a palpité lorsque la crème a serpenté entre ses lèvres génitales, se mêlant à l’humidité déjà présente. David a levé sa bouche de sa poitrine collante, lui donnant une vue parfaite de Greg glissant entre ses jambes.

“Oh s’il te plaît, oui”, a murmuré Valérie lorsque le beau jeune homme a plané au-dessus de son monticule, la regardant dans les yeux et souriant.

Un cri inarticulé a jailli de ses lèvres – étouffé, mais quand même assez fort pour la faire rougir d’embarras. Sa langue a parcouru toute la longueur de ses lèvres inférieures, recueillant la crème. Puis, il s’est faufilé entre elles jusqu’au centre de son plaisir.

Elle a tremblé comme si elle était victime d’un tremblement de terre intérieur, des gémissements haletants s’échappant de ses lèvres. Bien que la sueur commençait à perler sur son front, des frissons parcouraient tout son corps. L’homme entre ses jambes était peut-être jeune, mais il était loin d’être inexpérimenté. À partir du moment où sa langue l’a touchée, elle était dans un état de béatitude.

David a gloussé. “On dirait qu’elle aime ça.”

“Si bon. N’arrête pas,” confirma Valérie avec enthousiasme.

Greg a laissé échapper un gémissement gloussant entre ses jambes, sa langue glissant sous son capuchon en même temps.

Valérie a glapi à cause de l’agression directe, ses yeux se sont ouverts en grand. David est passé devant elle à genoux et elle a vu la cuillère qu’il tenait en même temps que Greg. Un sourire presque diabolique s’est répandu sur son visage alors qu’il a retiré sa bouche de ses plis et a utilisé son pouce pour retirer sa capuche.

“Oh non. Non”, a-t-elle gémi lorsque la cuillère s’est centrée sur elle. Bien qu’elle ait lutté contre le corps musclé de Greg qui maintenait sa jambe au sol, ses efforts étaient faibles. Au fond d’elle-même, elle voulait ce qu’elle savait être sur le point de se produire.

Une cuillerée prise directement au centre du bol, encore presque entièrement gelé, est tombée directement sur son bourgeon sensible.

Impossible de retenir le glapissement qui lui a échappé, mais le choc a été suffisant pour écraser tout sentiment de honte. Essoufflée par l’explosion vocale, elle a frissonné, la bouche ouverte dans un cri silencieux. Avant qu’elle ne puisse se remettre, les lèvres de Greg se sont refermées sur son clitoris.

Rendue insensible à tout sauf au plaisir exquis une fois de plus, sa tête se balançait d’avant en arrière sur le sol sans qu’elle puisse la contrôler. À ses côtés, elle pouvait entendre David encourager son ami avec amusement, mais elle ne pouvait pas comprendre un seul mot. Un nœud quelque part entre un picotement et une démangeaison s’est formé sous son monticule, les premiers indices d’un orgasme proche.

La langue de Greg s’est enfoncée profondément en elle, offrant un répit à son esprit embrumé par le plaisir, et permettant à ses yeux de s’ouvrir. Retrouvant le contrôle de sa voix, elle a regardé l’homme magnifique entre ses jambes et a dit, “Si bon”.

“C’est une sacrée chatte”, a-t-il répondu avant de sucer ses plis entre ses lèvres.

“Tu veux aussi quelque chose de doux ?”

Valérie a déplacé son regard vers David juste au moment où il a fait couler de la crème glacée directement sur la tête de sa queue.

“Bon sang”, s’est-il exclamé, et il s’est raidi. Après avoir soufflé un grand coup, il s’est approché à genoux, sa queue couverte de glace frémissant à côté de ses lèvres.

Elle n’a pas hésité le moins du monde.

Valérie a gémi autour de la grosse bite dans sa bouche, se délectant des grognements de David. Un goût bien différent, plus acidulé, se mêlait à la douce vanille, témoignant d’une goutte de pré-cum suintant de la pointe dans sa bouche avide. Elle s’est appuyée sur ses coudes sous elle, soulevant son corps de la terre pour pouvoir le prendre plus profondément.

“Oh putain oui. Tu sais comment sucer une bite. Tu aimes ça, n’est-ce pas ?”

“Mmm hmm”, répond-elle sans ralentir.

C’était tout ce qu’elle aurait pu imaginer, et plus encore. Elle avait une jeune bite dure dans sa bouche, palpitante à cause de ses ministrations. Un homme tout aussi parfait était entre ses jambes, la lapant avec l’ardeur de la jeunesse, mais l’habileté d’un homme bien plus âgé. Son plaisir a augmenté, et bientôt elle a eu du mal à se concentrer sur l’organe dur entre ses lèvres.

Une secousse de plaisir particulièrement forte l’a fait crier, la queue de David glissant d’entre ses lèvres. Ses coudes se sont dérobés sous elle et elle est retombée dans l’herbe. Ses mains se sont levées vers ses seins, les pressant et pinçant les mamelons.

“Tu penses que tu es sur le point de la faire décoller”.

“Oh mon dieu oui. S’il te plaît, ne t’arrête pas,” supplie Valérie.

“Tu vas jouir ?” demanda David.

Sa voix montant à la fois en hauteur et en volume alors qu’elle planait au bord de l’oubli, elle a répondu : “Je vais jouir très fort.”

Les lèvres de Greg se sont centrées sur son clito, dessinant les plis, le capuchon et le nœud gonflé entre eux. Il a sucé fort, sa langue taquinant ce qui semblait être partout à la fois, et elle a joui.

Valérie a eu juste assez de présence d’esprit pour plaquer une main sur sa bouche, étouffant le cri d’extase alors qu’elle explosait en plein orgasme. Son corps s’est convulsé, ses doigts griffus s’enfonçant dans la terre. Ses cuisses se sont rapprochées, emprisonnant la tête de Greg entre elles, retenant sa bouche contre elle. Elle n’avait jamais joui aussi fort de sa vie et a cru pendant un moment qu’elle allait s’évanouir à cause du plaisir.

Les muscles précédemment tendus sont devenus mous lorsque la première vague climatique l’a libérée, et Greg a retiré sa tête d’entre ses jambes.

“Merde,” a-t-il gloussé après avoir repris son souffle.

Valérie a sursauté à cause de l’air plus frais qui embrassait sa chatte chaude, déclenchant une autre vague de plaisir. Sans être touchée, elle a continué à jouir, haletant pour respirer et gémissant pendant ce qui semblait être une éternité. Enfin, son orgasme s’est installé dans des répliques.

Elle dégoulinait de sueur et tressaillait encore quand David a dit “Tour Eiffel, mec” et a tendu sa main au-dessus d’elle.

Greg a fait claquer sa main contre celle de son ami et a ri. “À ton tour”.

À peine descendue de l’orgasme le plus intense de sa vie, Valérie a réalisé que cela ne faisait que commencer.

Elle a avalé de toutes ses forces et a pointé d’une main tremblante vers le camion. “De l’eau.”

“Je l’ai sucé à sec, mec”, a dit Greg, puis il a fait un signe du pouce à son ami avant de se lever pour entrer dans le camion.

David a glissé un bras sous son dos et l’a aidée à s’asseoir. Il a serré sa poitrine et a dit : “Tu as de superbes seins. Je ne sais pas comment j’ai fait pour ne pas avoir une érection furieuse toute la journée.”

Ladite érection était à portée de main, et Valérie n’a pas laissé passer l’occasion. Elle a enroulé ses doigts autour, encore une fois étonnée par la circonférence et la dureté. “Mon Dieu, tu as une superbe bite. Tous les deux.”

“Aussi chaude que soit cette bouche, il y a un endroit où je préférerais la mettre.”

Valérie a haleté, son corps s’est tendu et une nouvelle bouffée d’humidité a inondé son sexe. “Il y a un endroit où je préférerais l’avoir.”

“Diable oui”, dit Greg en sortant du camion et en tendant une tasse d’eau.

Valérie a bu, apaisant sa gorge, et a vidé le verre à sec. Ses doigts ne se sont jamais détachés de l’érection palpitante de David.

Il s’est penché et lui a chuchoté à l’oreille : “Prête à te faire farcir la chatte ?”.

“Oh oui, je le veux.”

Greg a fait un geste curieux en plaçant les talons de ses mains l’un contre l’autre de façon à former un L. David a hoché la tête et s’est incliné.

“Chevauche-le et suce-moi ?”

L’idée d’être remplie des deux bouts par une jeune queue dure était suffisante pour lui voler à nouveau la voix. Elle a hoché la tête, se déplaçant pour chevaucher David presque avant d’avoir pu former la pensée. Il n’a pas perdu de temps non plus, et a dressé sa queue bien droite dès qu’elle s’est trouvée au-dessus d’elle. La bite de Greg se profilait dans sa vision périphérique, à quelques centimètres de ses lèvres alors qu’elle guidait David en elle.

Un grognement profond, presque animal, a grondé au fond de la gorge de Valérie alors qu’elle s’enfonçait sur la grosse bite de David. Elle était trempée et il a glissé facilement en elle, la remplissant entièrement. Une fois que chaque centimètre délicieux était enfoui en elle, elle a commencé à bouger ses hanches en cercles lents et s’est tournée vers Greg. Il lui a donné sa queue dès qu’elle a entrouvert les lèvres.

David a remonté ses hanches vers elle alors qu’elle remuait sa queue en elle. La main de Greg s’est prise dans ses cheveux et il l’a tirée en avant et en arrière pendant qu’elle l’engouffrait dans sa bouche. Elle ne pouvait pas supporter plus de la moitié sans s’étouffer, mais il semblait parfaitement satisfait de cela. David l’a aidée à se tenir droite avec un bras, tandis que l’autre serpentait sur sa cuisse et trouvait son clito.

Valérie a pleurniché et gémi autour de la queue de Greg, son excitation augmentant rapidement. Les doigts de David étaient tout aussi talentueux que la langue de Greg, et elle était remplie de sa bite en même temps. Les deux hommes gémissaient, preuve qu’elle n’était pas la seule à profiter pleinement de l’expérience. Les doigts de Greg se sont resserrés dans ses cheveux et il a pris le relais.

Elle n’avait jamais eu quelqu’un qui baisait sa bouche avant, et cela l’a d’abord fait sursauter. Comme si c’était le bon moment, David a déplacé sa main de son clito à son cul, déplaçant son corps en même temps. Elle a bougé en réponse à la pression, et ses yeux se sont agrandis quand il a commencé à la pénétrer.

Elle était en train de se faire prendre, deux bites poussées par des corps musclés faisant leur chemin avec elle. Bien que la pointe de la bite de Greg s’enfonce parfois dans sa gorge, la faisant coasser, la sensation d’être ravagée l’emportait sur toute gêne. C’était comme si le couple pouvait lire dans son esprit, trouver tous les fantasmes qu’elle avait eus et les réaliser à la perfection.

La démangeaison glaciale de l’orgasme commençait à enfler lorsque les fesses de David sont tombées au sol et qu’il a pris plusieurs respirations rapides. Valérie a recommencé à faire grincer sa chatte sur lui, mais les deux hommes avaient d’autres idées.

Greg a retiré sa queue de sa bouche et a dit : “En levrette”.

Avec beaucoup de réticence, elle a soulevé ses hanches, laissant David glisser de sa gaine accrochée. Un gémissement presque désespéré s’est échappé d’elle alors qu’un vide douloureux remplaçait la merveilleuse plénitude, mais cela n’a pas duré longtemps. David s’est retiré de sous elle et Greg a attrapé ses fesses dès qu’elle a pivoté pour abaisser ses mains au sol.

“Ça, c’est un cul”, a dit Greg, et lui a donné une claque.

Valérie a haleté et s’est retournée par-dessus son épaule pour voir Greg se rapprocher, le bout de sa queue se pressant contre ses lèvres inférieures. Un instant plus tard, elle était à nouveau pleine de bite dure, et une autre remplissait sa vision.

La bite de David scintillait dans la lumière alors qu’elle se rapprochait. L’idée de se goûter sur lui l’a fait hésiter un moment, mais lorsque le bout du champignon a tapé contre ses lèvres, elles se sont écartées de leur propre volonté. Étonnamment, l’odeur de sa propre excitation et le goût de ses jus ont eu l’effet inverse qu’elle aurait pu attendre. Après la première explosion de saveur, elle a sucé avec enthousiasme pour chaque délicieuse goutte.

“Ta chatte a bon goût ?”

Valérie l’a laissé sortir de ses lèvres juste assez longtemps pour dire “J’adore ça”, avant de l’engloutir à nouveau dans sa bouche.

“C’est vachement chaud”, grogne David, ses mains venant se poser sur l’arrière de sa tête.

“Putain, cette chatte est serrée”, grogna Greg en la pilonnant. Ses couilles claquaient contre elle alors que sa queue s’enfonçait profondément, presque jusqu’à l’entrée de son utérus. “Et ce cul”, a-t-il ajouté avant de lui donner une nouvelle fessée.

Greg a imité l’action de David, frottant son clito pendant qu’il la baisait. Déjà en train de se rapprocher de l’orgasme, elle a grimpé en flèche à cause de la puissance de ses poussées et de ses doigts agiles. Des cris qu’elle n’a pas pu contenir l’ont empêchée de garder ses lèvres verrouillées autour de la queue de David, et il a choisi de serrer ses seins, sa queue dure et gorgée de salive frémissant toujours devant ses yeux.

Les orteils de Valérie ont commencé à se recroqueviller alors qu’elle se rapprochait de plus en plus d’une explosion. Greg l’a frappée fort, faisant basculer son corps en avant jusqu’à ce que son front tape contre la queue de David. Avant qu’elle puisse atteindre le point de non-retour, Greg a ralenti. Elle pouvait l’entendre respirer fort et jurer sous sa respiration.

Désespérée de jouir, Valérie a supplié, “S’il te plaît, ne t’arrête pas. S’il te plaît, ne t’arrête pas. Si proche.”

Greg a grogné quand elle a serré ses muscles intimes autour de lui et a repoussé ses fesses vers lui. “Accroche-toi. Trop près d’éclater une noix.”

“S’il te plaît. Donne-le moi. Viens en moi.”

“Ah, bon sang,” dit Greg, la voix pleine d’excitation. Ses doigts se sont enfoncés dans ses hanches et il a enfoncé sa queue dans ses profondeurs avec toute sa force une fois de plus.

En entendant à quel point cela excitait son jeune amant, elle a continué à l’encourager. “Je le veux. Je veux ton sperme. Je vais jouir aussi. Baise-moi fort.”

“Tu veux cette charge en toi ?” Greg a demandé, sa voix serrée.

Maintenant sans se soucier de la façon dont sa voix pourrait porter, elle a répondu, “Donne-le moi !”. Le dernier mot s’est transformé en un cri alors qu’elle vacillait au bord du gouffre.

La bite de Greg a envahi ses profondeurs quelques fois de plus, chacune accompagnée d’un grognement d’effort, puis il a laissé échapper un grognement explosif. Avec sa bite enfouie jusqu’au bout en elle, qui pulsait en la pompant pleine de sperme, Valérie a joui elle aussi.

Serrée autour de lui, elle pouvait sentir chaque contour et chaque élan de la grosse bite en elle. Elle a laissé échapper un son quelque part entre un gémissement et un couinement alors que les vagues d’une belle agonie l’assaillaient.

“Merde. Je jouis toujours”, grogna Greg alors que ses hanches pompaient de façon hésitante.

Valérie a joui durement, chaque palpitation de sa virilité la mettant à nouveau en émoi. Ses bras se sont transformés en gelée et elle s’est enfoncée dans l’herbe. Au-dessus d’elle, elle a vaguement entendu David glousser et dire “Merde”.

Lorsqu’elle a senti que Greg libérait sa bite d’un coup sec, elle a gémi le mot “Non”, puis a gémi. Laissant ses genoux s’écarter, elle s’est allongée sur le sol et s’est recroquevillée. Encore sous l’emprise de l’orgasme, elle tressaillait à cause des pulsations d’extase qui la traversaient.

“Putain de merde. C’était bon. Je suppose que tu as de vraies secondes de débauche cette fois-ci”, a dit Greg, avant de laisser échapper un faible gloussement.

Valérie s’est retournée sur le dos, sentant la crème mélangée à l’intérieur d’elle chercher déjà une sortie. Elle a été accueillie par la vue de la queue de David – dure comme le roc et prête.

“Tu es prête pour un peu plus ?”

Elle a frissonné et a serré les genoux l’un contre l’autre pendant un moment – mais seulement pendant un moment. “Oh mon Dieu, donne-moi ça”, a-t-elle répondu en écartant largement ses jambes.

Visiblement aussi excité que son amie, David a bougé avant même qu’elle ait fini de répondre. Valérie a gémi lorsque sa queue a glissé profondément dans sa chatte pleine de crème. “Oh, remplis-moi.”

“Putain oui”, a-t-il dit en commençant à pousser.

Bien que son visage rougisse à cause des sons flatulents que sa bite émettait en la pénétrant, la pensée de ce qui les a provoqués a surmonté toute gêne. David enfonçait sa bite dans elle, déjà remplie du sperme de Greg. Encore toute frétillante à la fin de son précédent orgasme, elle en sentait un autre se former rapidement.

“Tu veux goûter ?”

Greg a tendu sa queue à moitié dure vers ses lèvres, et Valérie a répondu en glissant une main vers son cul dur comme la pierre et en le tirant vers elle. Dès qu’il était à portée de main, elle a taquiné ses couilles avec sa langue, léchant les gouttes de sperme. La queue de David s’est enfoncée en elle, balançant son corps et rendant la tâche difficile, mais elle a réussi à lécher et sucer le membre de Greg presque entièrement avant qu’il ne s’en aille.

“Putain de merde. Ça suffit,” s’exclama Greg.

David a repoussé ses genoux un peu plus loin, se penchant sur elle pendant qu’elle se léchait les lèvres. Valérie a glapi et crié “Ah, ouais” lorsque sa jeune queue dure a glissé le long de son clito. L’angle était parfait pour que sa dureté titille le bourgeon sensible pendant presque toute la durée de chaque coup dur et rapide.

Ses seins ont rebondi et sa respiration s’est accélérée. Les braises de la libération proche qu’elle avait ressentie auparavant ont explosé en un feu de joie, la choquant. Ses yeux se sont ouverts en grand lorsqu’elle a réalisé qu’elle était sur le point de jouir si tôt.

“Ah ! Ah ! Ah ! Oh mon Dieu !”

“Mmm – fuck yeah”, a grogné David en réponse.

Les mots ont émergé dans une précipitation haletante, à peine au-dessus d’un murmure mais quelques octaves au-dessus de la normale. “Plus fort ! Plus vite ! Donne-moi ça !”

David semblait être à la hauteur de la suggestion. Sa queue a martelé en elle, des grognements d’effort accompagnant chaque poussée. La sueur perlait sur son magnifique corps musclé, correspondant à la sienne, qui coulait déjà en ruisseaux. Le sperme mélangé à l’intérieur d’elle s’est répandu sur leurs deux corps.

Il l’a frappée sans prévenir.

Un cri à pleine voix qu’elle n’a pu contenir le moins du monde a accompagné la première vague d’énergie orgasmique qui l’a déchirée. Elle a continué, en gazouillant alors qu’il ravageait son corps en pleine jouissance. La belle agonie la réclamait sans pitié, montant en flèche à chaque poussée de sa bite dure.

Puis elle a joui à nouveau.

Le premier orgasme n’avait même pas commencé à s’émousser lorsque le deuxième l’a prise. Ce n’était pas une simple pointe, mais une deuxième éruption. Elle avait entendu parler d’orgasmes multiples, mais elle n’avait jamais pensé à en vivre un. Son esprit était un brouillard de plaisir presque douloureux qui semblait englober chaque centimètre carré d’elle. Sa vision diminuait, devenant sombre sur les bords. Des cris dont elle se rendait à peine compte qu’il s’agissait des siens ont éclaté de ses lèvres, et elle a continué.

Le grognement de David semblait résonner de l’intérieur d’une petite pièce vide, mais elle l’a entendu. “Je vais jouir.”

La dernière poussée a claqué dans ses profondeurs, et elle jurait pouvoir sentir les jets de sperme frapper son col de l’utérus. Tous les muscles de son corps se sont contractés. Ses orteils se sont recroquevillés et ses doigts se sont transformés en griffes. La queue de David pulsait et palpitait dans l’emprise vicelike de sa chatte. Assouvie au-delà de ses rêves les plus fous, Valérie s’est délectée des répliques qui ont parcouru son corps.

Il s’est finalement libéré par à-coups lorsqu’il n’en pouvait plus, des brins de sperme mêlé éclaboussant ses abdominaux en planche à laver. Valérie a gémi en signe de protestation, la gorge sèche et écorchée à force de crier pendant qu’elle jouissait.

Remplie d’une double dose de crème – si ce n’est pas le genre glacé – Valérie a laissé échapper un gloussement langoureux alors que les mots bouillonnaient dans sa tête.

sexe avec femmes matures Dans la vie de tous les jours, je me fais souvent draguée. je maitrise pas mes ejaculation feminine donc je peux prevoir à l'avance si ça va arriver, bon c'est clair ça depend aussi bcp du mec que j'ai en face de moi.Aujourd'hui je me presente à toi devant la webcam fille gratuit pour un petit show, parce que j'aime décider qui va avoir de se masturber devant ma vulve lisse. comme toutes les filles j'aime bien recevoir des compliments sur mon corps nu. Prete à me goder la chatte en webcam sexe si le feeling passe.