Au bout de trois mois, nous vivions tous ensemble dans la nouvelle maison de Nicole. Mon bail était presque terminé, de toute façon, alors j’ai emménagé avec mes quelques affaires une semaine après Nicole. Alice a pu sous-louer son appartement assez facilement et nous a rejoints quelques semaines plus tard. J’avais un peu peur que le fait de vivre ensemble ne ruine ce que nous avions. Je veux dire qu’avant, quand nous nous retrouvions tous les trois, nous avions à peine le temps de faire l’amour avant de retourner à nos vies. Vivre ensemble allait apporter une nouvelle dynamique à nos relations, se réveiller ensemble tous les matins, prendre nos repas ensemble, empiéter sur notre espace personnel, partager les factures et les tâches ménagères, et toutes les autres choses qui ont conduit à la ruine de mon mariage. À mon grand soulagement, tout s’est étonnamment bien passé.

Lorsque ma fille était là, nous étions comme une famille normale. Repas à la table de la salle à manger, jouets éparpillés sur le sol dans toute la maison, DVD Disney à la télévision. Le reste du temps… eh bien…

Le jour où Alice a emménagé, nous nous sommes assis tous les trois et nous avons eu une réunion. Officiellement, nous devions passer en revue les tâches ménagères, les factures, etc. Nous nous sommes mis d’accord pour voter sur chaque décision importante, et tout pouvait passer avec une majorité de deux voix. Ce dont nous voulions vraiment parler, c’était des règles de base en matière de sexualité. La plupart du temps, Nicole et moi allions partager la chambre principale, et Alice allait avoir la deuxième chambre, mais je pense que nous savions tous qu’il n’en serait pas toujours ainsi.

“Si Fred n’est pas d’humeur un soir, Alice et toi pourrez changer de place. Si je ne suis pas d’humeur un soir”, a dit Nicole, et Alice et moi avons souri l’une à l’autre. Nicole était insatiable. Aucune d’entre nous ne pouvait imaginer que cela se produise réellement. “Vous pouvez être ensemble. Mais si nous voulons être tous les trois ensemble”, poursuit Nicole, “nous savons que mon lit est assez grand”.

“Pour pimenter un peu les choses”, a ajouté Nicole, “quand nous serons tous les trois, je pense qu’il serait amusant d’exiger que toutes les tâches ménagères soient faites… nues”.

Alice et moi nous sommes à nouveau regardées. Nicole était l’exhibitionniste. J’étais un voyeur. Alice avait tendance à être une dominatrice. Je ne pense pas qu’aucune de nous deux n’ait été gênée par les moments de nudité obligatoire lorsqu’il n’y avait que nous, mais j’ai soudain imaginé tous nos voisins avec des jumelles essayant d’apercevoir une Nicole nue en train de passer l’aspirateur. “D’accord”, ai-je dit en regardant Alice pour vérifier qu’elle n’allait pas protester, “mais je peux être habillée quand je tondrai la pelouse, c’est ça ?”. Nicole acquiesce. “Alors s’il te plaît, essaie de garder les stores fermés quand tu fais tes tâches ménagères, d’accord ?”.

“Oh non, tu ne vas pas devenir possessif avec moi maintenant, n’est-ce pas ?” Nicole m’a demandé d’un ton badin.

“Non,” j’ai dit… “Non. C’est juste que… Je ne sais pas…”

“Fred !” Nicole a crié pour me faire taire. “Je suis très heureuse avec vous deux. Je ne vais pas me mettre à la fenêtre, les seins à l’air, pour essayer de séduire le facteur, et je n’ai pas besoin de me montrer à d’autres personnes pour prendre mon pied. Ce sera juste pour nous. Je pense que ce sera amusant.”

“D’accord”, ai-je dit en me disant que je n’aurais plus jamais d’érection. Encore une fois, depuis ma première relation sexuelle avec Nicole il y a près d’un an, je bandais presque continuellement. Nicole parlait encore du moment où nous devrions être nus. Nous devrions être nus quand nous cuisinons. Nous devrions être nus lorsque nous regardons la télévision. Nous devrions être nus quand nous lisons. J’ai finalement dû l’arrêter. “J’apprécie le fait que tu veuilles que nous soyons tous nus, tout le temps”, ai-je dit, “mais c’est un peu trop. Et si on se mettait à poil quand on en a envie ?”

“Je suis désolée”, a dit Nicole, “Je veux juste que notre vie commune soit amusante et érotique”.

“Ça le sera, je te le promets”, ai-je dit. Personne d’autre n’avait rien à ajouter, mais toute cette discussion sur la nudité nous excitait, alors nous n’avons pas aidé Alice à déballer ses affaires et nous sommes allées directement dans la chambre principale.

Je ne pensais pas que l’idée des “corvées nues” allait m’intéresser, jusqu’à la première fois où j’ai vu Nicole faire des corvées, nue. Je suis entré dans la salle de bain principale et elle était là, en train de frotter la baignoire, nue. Son cul était en l’air, se tortillant d’avant en arrière sous l’effet de l’effort. Avant même de savoir ce que je faisais, j’avais mon pantalon autour des chevilles et ma bite dans la main. Je l’ai regardée travailler pendant une minute ou deux, en me caressant, jusqu’à ce que Nicole jette un coup d’œil et me voie debout. Je l’ai vue sourire et glisser une main en dessous d’elle pour se frotter la chatte.

C’était toute l’invitation dont j’avais besoin. J’ai comblé la distance et j’ai attrapé ses hanches, enfouissant ma bite dans sa chatte d’un seul coup. Nicole a haleté et j’ai grogné, et j’ai commencé à la baiser pour tout ce que je valais. Je suis rarement agressif, mais ça fait du bien de prendre les choses en main de temps en temps.

Cela avait tout l’air d’un “quickie”, et en quelques minutes, j’ai déversé ma charge dans Nicole. Nicole a crié lorsque j’ai déclenché son orgasme en la pénétrant. Elle s’est tournée vers moi quand c’était fini. Elle m’a dit : “Je t’aime”.

“Je t’aime aussi”, ai-je répondu, puis Nicole s’est retournée et a continué à nettoyer la baignoire, nos jus combinés dégoulinant lentement le long de sa cuisse.

Nous avons emménagé pendant l’hiver, et il s’est avéré qu’au printemps, nous avions tous des anniversaires importants à célébrer. Les 35 ans de Nicole, les 30 ans d’Alice et mes 40 ans sont arrivés à deux mois d’intervalle. Il semblait que chaque week-end, il y avait une autre grande fête d’anniversaire avec la famille et les amis de quelqu’un. Toutes les fêtes se déroulaient chez nous. Nos amis et nos familles ont tous eu l’occasion de voir comment nous vivions. Nos amis, en particulier ceux qui savaient ou devinaient ce qui se passait vraiment, étaient avides de détails sur qui avait fait quoi, où et à qui. Lorsque je me faisais cuisiner, je me contentais de sourire et de changer de sujet.

La première fois que j’ai tondu la cour au printemps, Nicole et Alice ont décidé de s’amuser un peu avec moi. Notre petite cour était clôturée et entourée d’arbres, ce qui nous permettait d’avoir un peu d’intimité. Connaissant Nicole, c’est l’une des principales raisons pour lesquelles elle a choisi cette maison. Mon esprit vagabondait tandis que je poussais la tondeuse dans la cour, pensant aux aventures extérieures que nous pourrions avoir dans l’intimité de notre propre cour, tant que nous n’attirions pas l’attention sur nous.

Un mouvement à l’une des fenêtres de la maison a attiré mon attention, et je me suis retourné pour voir que Nicole et Alice se tenaient toutes les deux devant les fenêtres de notre grande chambre. Quand elles ont vu qu’elles avaient enfin attiré mon attention, elles ont toutes les deux remonté leurs chemises et m’ont montré leurs seins, en les pressant contre la vitre pour faire bonne mesure. J’ai regardé fixement le spectacle qu’elles offraient, puis j’ai jeté un coup d’œil furtif autour de moi, me demandant s’il y avait une chance que quelqu’un d’autre puisse les voir. Non, il n’y avait aucune chance que quelqu’un puisse voir les fenêtres de notre chambre depuis un autre endroit que notre jardin. J’ai regardé en bas pour essayer de retrouver mes repères. Où étais-je déjà allée et où allais-je ? J’ai regardé à nouveau les fenêtres et j’ai seulement vu Alice debout près de sa fenêtre. Elle lui envoyait des baisers et se déhanchait de façon séduisante. Soudain, Nicole est apparue derrière Alice et a soulevé sa chemise derrière elle, me dévoilant à nouveau ses seins. Nicole a commencé à embrasser le cou d’Alice et à lui caresser les seins par derrière. À ce moment-là, j’ai abandonné tout espoir de pouvoir tondre la cour de façon rapide et ordonnée, et j’ai juste espéré qu’en errant dans la cour sans but, tout en regardant le spectacle qui m’était offert, je parviendrais à couper toute l’herbe.

La chemise d’Alice était complètement enlevée maintenant, et les mains de Nicole étaient dans son pantalon. Alice s’est penchée en avant et a de nouveau pressé ses seins contre la fenêtre, tout en pressant simultanément ses fesses vers l’arrière et dans l’entrejambe de Nicole. Alice m’a fait un signe de la main, le signe universel pour dire “sors-le”.

Je regarde à nouveau autour de moi. Notre cour était clôturée, entourée d’une palissade blanche de six pieds de haut. Des arbres entouraient les côtés de la maison, masquant notre vue sur les maisons de chaque côté, et avec un peu de chance, leur vue sur nous. Derrière nous, il n’y avait que des bois. Je portais un pantalon de survêtement et je devais le baisser, au moins un peu, pour atteindre ma bite. De retour à la fenêtre, je pouvais voir le visage de Nicole à côté de celui d’Alice. Elle était un peu plus insistante. Elle a tapé sur la vitre et je l’ai vue prononcer les mots “Sors-le !”.

Avec un soupir, j’ai tourné la tondeuse à gazon de façon à être directement face à la fenêtre et j’ai tiré mon pantalon de survêtement et mes sous-vêtements le long de mes hanches. Je ne les ai descendus que jusqu’à la limite nécessaire pour pouvoir accéder confortablement à ma bite. C’était suffisant pour Nicole et Alice. Elles me criaient des encouragements assez forts pour que je les entende, même à travers la fenêtre et par-dessus le rugissement de la tondeuse à gazon qui tournait au ralenti.

Je me suis pris en main et j’ai commencé à me caresser. Par la fenêtre, Nicole était en train de baisser le pantalon d’Alice, la laissant complètement nue. Nicole a retourné Alice et l’a appuyée contre la fenêtre, penchée en avant et en éventail, de sorte que son cul et sa chatte nus étaient visibles contre la fenêtre. Nicole s’est placée à côté d’elle et a commencé à la doigter agressivement, ce qui a poussé Alice à se frotter les fesses contre la fenêtre. Je les observais à 5 mètres de la fenêtre et je continuais à me caresser, me sentant comme un vieux voyeur sale.

Alice était en train de déshabiller Nicole, lui passant le haut par-dessus la tête et lui baissant le pantalon. Elle a pressé Nicole contre la vitre, ses seins contre la fenêtre, et a passé la main derrière elle pour lui caresser la chatte. J’ai jeté un coup d’œil furtif autour de moi, me demandant encore si quelque part, quelqu’un nous observait. Repoussant cette idée, j’ai intensifié mes caresses et j’ai senti mon orgasme monter.

Nicole était en train de jouir, tout contre la fenêtre. Sa joue était appuyée contre la vitre ainsi que ses seins, et son souffle embuait la vitre près de son visage. Cette vue a suffi à me pousser à bout, et je me suis tourné sur le côté, loin de la tondeuse à gazon, et j’ai déversé mon sperme sur l’herbe, en grognant pendant que je jouissais. Quand j’ai eu fini, je me suis retourné vers la fenêtre pour voir Nicole et Alice qui applaudissaient, sautant de haut en bas, leurs seins rebondissant. Elles m’ont embrassé et ont disparu, et je me suis retrouvé à remonter mon pantalon et à essayer de finir de tondre la pelouse.

En ce qui concerne nos carrières, Nicole et moi avions des emplois de bureau de neuf à cinq et des horaires assez normaux. En revanche, Alice travaillait dans la vente de produits pharmaceutiques et avait un emploi du temps très chargé. Elle voyageait souvent et, avec le temps, j’ai commencé à me rendre compte qu’elle me manquait quand elle n’était pas là. Elle n’était plus l’amante de ma petite amie, elle était aussi la mienne. Pourtant, quand Alice n’était pas là, Nicole et moi formions un couple parfaitement heureux.

Un soir, alors qu’Alice était absente, je suis rentré du travail et Nicole était déjà à la maison. D’habitude, nous rentrions plus ou moins à la même heure, mais il était évident que Nicole était rentrée plus tôt du travail et qu’elle ne m’en avait pas parlé.

“Tu es rentrée !” Nicole a poussé un cri et est sortie de la cuisine pour m’accueillir à la porte. J’ai été choquée de la voir habillée comme une femme au foyer des années 50, comme Donna Reed ou quelque chose comme ça. Elle avait enroulé un foulard autour de sa tête, retenant ses longs cheveux bruns. Elle portait un chemisier blanc conservateur et une énorme jupe de caniche. Sa taille semblait plus petite que d’habitude et sa poitrine plus grosse que d’habitude. J’ai deviné qu’elle portait une sorte de corset sous ses vêtements. De plus, elle se maquille rarement, surtout à la maison, mais elle a mis du fond de teint, du rouge, de l’ombre à paupières et du mascara. J’ai tout de suite compris qu’elle jouait un rôle, et même si elle était magnifique, je n’ai pas pu m’empêcher de rire de la façon dont elle s’était pomponnée.

Nicole n’allait pas laisser mon rire l’empêcher de faire ce qu’elle avait prévu. Elle m’a embrassé sur les lèvres, chastement, en me touchant à peine, mais en me faisant taire efficacement. “Comment s’est passée ta journée ?” demande Nicole. “Laisse-moi prendre ton chapeau et ton manteau”.

Quand elle a dit cela, j’ai commencé à m’inquiéter un peu pour sa santé mentale, parce que je ne portais ni l’un ni l’autre. Malgré tout, elle a pantomimé en enlevant un chapeau invisible de ma tête et un manteau autour de mes épaules, et en les plaçant sur un portemanteau imaginaire près de la porte. “Tiens, laisse-moi desserrer ta cravate, mon cher”, a-t-elle continué en faisant semblant de défaire une cravate que je ne portais pas. Mon bureau était décontracté, et elle le savait. “Enlève tes chaussures”, dit-elle, et à ma grande surprise, elle s’agenouille devant moi et m’aide à retirer mes chaussures de ville. Alors que je soulevais ma jambe pour qu’elle puisse retirer ma chaussure, Nicole a subtilement passé sa main le long de l’intérieur de ma cuisse. J’ai légèrement sursauté à ce contact, ne sachant pas trop à quoi m’attendre dans la situation dans laquelle je me trouvais soudain. Nicole a levé les yeux vers moi et m’a fait un sourire espiègle et sexy. Je sentais qu’elle me disait : “Fais ce que je te dis, ça va te plaire”.

Nicole a pris mes chaussures et les a placées près de la porte. “J’ai préparé tes pantoufles et ton papier pour toi, près de ta chaise préférée”, dit Nicole. “Assieds-toi ; le dîner sera prêt dans cinq minutes. J’ai préparé du pain de viande.” Elle m’a donné un autre petit coup de bec sur la joue, puis s’est précipitée hors du salon. Je l’ai regardée partir, incrédule, puis j’ai erré jusqu’à mon fauteuil inclinable où mes pantoufles étaient disposées exactement à la place de mes pieds. Un journal était posé sur la table basse. Nicole a vraiment fait des pieds et des mains. Nous ne nous faisions pas livrer de journaux et je n’en lisais pas non plus. D’habitude, quand je rentrais du travail, je me changeais immédiatement et j’allais sur l’ordinateur ou je naviguais sur Internet avec mon téléphone. Je ne voulais pas décevoir Nicole, alors j’ai gardé mes vêtements de travail, je me suis assis dans mon fauteuil, j’ai glissé mes pieds dans mes pantoufles et j’ai commencé à feuilleter le journal.

Le dîner était en effet prêt dans cinq minutes. “Le dîner est prêt”, a appelé Nicole depuis la cuisine, et quelques secondes plus tard, elle a sorti le plat fumant et l’a posé sur la table de la salle à manger. J’ai constaté que la table de la salle à manger était déjà dressée et je me suis assise sur l’une des chaises. Nicole m’a aidée à glisser ma chaise et a glissé une serviette dans mon décolleté pour couvrir ma chemise. Elle m’a donné un long baiser, puis a coupé un morceau de pain de viande et l’a mis dans mon assiette. J’avais peur qu’elle ne me coupe aussi mon repas, mais elle m’a laissé m’en occuper moi-même, au moins. Je n’avais pas l’habitude d’être chouchouté, mais j’ai essayé d’en profiter.

Nicole mangeait à peine, continuant probablement à jouer le rôle de la femme au foyer et à donner l’impression qu’elles faisaient toute la cuisine et le ménage et qu’elles mangeaient à peine pour garder leur silhouette de jeune fille. Au lieu de cela, elle a bavardé pendant presque tout le dîner. Elle parlait d’un feuilleton qu’elle regardait, de conversations qu’elle avait eues avec ses amies, toutes choses triviales et superficielles. Nicole était une personne intelligente et ouverte sur le monde, et je n’aimais pas particulièrement cette tête de linotte superficielle qu’elle faisait semblant d’être.

À la fin du dîner, elle m’a chassée de la salle à manger au lieu de me laisser l’aider à ranger. “Va fumer ta pipe et regarder ton émission préférée”, m’a-t-elle dit.

“Mon Dieu, tu ne m’as pas offert une pipe pour fumer aussi, n’est-ce pas ?” ai-je demandé.

“Va te détendre, chéri”, a dit Nicole sereinement en débarrassant la table de la salle à manger.

Je suis retourné dans le salon et j’ai allumé la télévision. J’ai cherché une pipe autour de moi, mais j’ai été quelque peu soulagé de ne pas en trouver. Je ne fumais pas et je n’allais pas commencer à le faire juste pour rendre le fantasme de Nicole un peu plus réaliste. Il y avait un match de hockey important ce soir-là, alors je me suis installé pour le regarder, dans ma position habituelle, assis vers l’avant sur le fauteuil inclinable, afin d’être le plus près possible de l’action. Pendant ce temps, j’entendais Nicole faire le ménage dans la cuisine. Elle enfreignait ses propres règles en ne se déshabillant pas, me disais-je, mais elle n’avait manifestement pas encore terminé son jeu de rôle.

Elle a fini par sortir de la cuisine. “Es-tu à l’aise ?” Me demande-t-elle. “Je te sers quelque chose ?”

“Ça va, merci”, ai-je répondu.

Nicole a retiré le mouchoir de sa tête et a laissé ses longs cheveux bruns tomber sur ses épaules. Elle s’est assise sur le canapé à côté de moi et a baissé les bras pour retirer ses talons. J’ai pris note des bas noirs qu’elle portait sous sa jupe de caniche. “Tu es sûre que je ne peux rien faire pour toi, mon chéri ?” Demande-t-elle.

Je commençais à voir où nous voulions en venir. Elle essayait d’être la parfaite petite femme au foyer soumise et de me laisser faire ce que je voulais d’elle. Étrangement, dans notre dynamique à trois, j’étais probablement la plus soumise de nous toutes. Je n’étais pas soumis dans le sens BDSM du terme ; c’est juste que j’étais heureuse qu’on me dise ce que je devais faire sexuellement. Et bien que j’appelle Alice une dominatrice, il n’y avait pas vraiment d’activité BDSM. Alice s’épanouissait quand c’était elle qui commandait. Elle prenait son pied. Quand il n’y avait que Nicole et moi, je laissais généralement Nicole décider de ce que nous faisions et de la façon dont nous le faisions, parce qu’elle était la plus créative et la plus agressive de nous deux. Cependant, Nicole assumait ce rôle de soumise et se tournait vers moi pour que je lui dise ce que je voulais d’elle. Qu’est-ce que je veux ? me suis-je demandé. J’avais eu une longue journée de travail. J’avais envie de m’asseoir et de regarder le match de hockey. “Ça va, merci”, ai-je répété, craignant de la décevoir mais pas vraiment assez confiant pour jouer le rôle qu’elle espérait me voir jouer.

“Oh, chérie”, a-t-elle dit théâtralement, et je me suis retournée pour la regarder, craignant de l’avoir contrariée. “Tu as eu une rude journée”, a-t-elle poursuivi en sautant du canapé et en passant derrière mon fauteuil inclinable. “Tu as besoin d’un massage.” Elle a saisi mes épaules et a commencé à les frotter et à les pétrir. Honnêtement, c’était probablement exactement ce dont j’avais besoin à ce moment-là, et j’ai pris une grande inspiration et me suis adossé au fauteuil. Elle a continué à frotter mon cou et mes épaules avec ses doigts forts et talentueux pendant cinq ou dix minutes, jusqu’à ce que j’aie l’impression que toute la tension avait quitté mon corps. “C’est mieux ?” Nicole a demandé, et a lentement fait glisser ses mains sur ma poitrine jusqu’à mon ventre. Si je n’étais pas agressif, elle allait me séduire. Je me sentais durcir au fur et à mesure que ses mains s’approchaient de ma taille, mais elles se sont arrêtées.

“Oui, merci”, ai-je dit, “beaucoup mieux”. Et je le pensais vraiment.

“Oh, mais tu es encore tendue !” Nicole s’est écriée et s’est précipitée vers l’avant du fauteuil inclinable. Elle s’est arrêtée pour repousser ses longs cheveux bruns derrière ses épaules. “Laisse-moi arranger les choses”, dit-elle. Sans un mot de plus, elle s’est agenouillée entre mes jambes et a commencé à défaire ma ceinture. Je l’ai regardée et elle m’a souri, de ce sourire merveilleusement sale qu’elle avait. Nicole a défait mon pantalon et a glissé sa main dans mon caleçon, tirant ma bite gonflée vers l’extérieur. “Je sais que je suis une bonne ménagère chrétienne, mais j’ai lu dans Cosmo que c’est la meilleure façon de plaire à ton mari”, a dit Nicole, et cette fois, j’ai réussi à ne pas rire aux éclats, mais à peine. Nicole était la chose la plus éloignée d’une “bonne ménagère chrétienne” que je puisse imaginer. Elle était, bien sûr, bisexuelle et sexuellement aventureuse. Elle était soucieuse de sa carrière, jurait comme un marin, avait deux petits tatouages et n’en avait que quelques-uns parce que je n’arrêtais pas de la dissuader d’en avoir d’autres. J’aimais sa peau lisse et sans tache, et je ne voulais pas qu’il y en ait moins. “J’espère seulement que les filles du club de tricot ne l’apprendront pas”, poursuit Nicole en prenant ma queue dans sa main et en la caressant, “même si je parie que cette salope de Betty Wilson le fait tout le temps pour son mari”.

Cette phrase m’a fait rire aux éclats. J’ai décidé de jouer le jeu avec elle. “Maintenant, ma chérie, lui dis-je, ne va pas raconter des ragots sur tes voisines. Ce n’est pas très chrétien.”

“Je sais”, dit Nicole, “mais parfois… parfois j’ai juste envie d’être si… méchante. Tu aimerais que je sois méchante ?” Elle a demandé de manière séduisante.

Pour jouer le rôle que Nicole voulait que je joue, je devais penser non pas comme moi-même, le pervers divorcé d’âge mûr, mais comme le jeune et sain mari de 50 ans de sa “bonne ménagère chrétienne”. Je me suis efforcé de penser à la façon dont quelqu’un qui a grandi en étant sexuellement réprimé à cette époque pourrait réagir. “oh… ohhh… c’est bon ça”, ai-je balbutié, alors qu’elle baissait la tête vers ma bite, “Qu’est-ce que tu fais ?”.

“Ne t’inquiète pas, dit Nicole, détends-toi. Tu vas apprécier.” Elle a posé sa bouche sur ma bite et a commencé à la lécher et à la sucer.

“Ahh…” J’ai dit. Et je le pensais vraiment. “Ce Jimmy Wilson est un homme chanceux”, ai-je marmonné.

Nicole a ri. C’était un peu comme un grognement avec ma bite dans sa bouche. Elle l’a rapidement retiré et l’a fait passer pour un gloussement. “Oh chéri, dit-elle, j’ai l’impression d’être une sale fille.” Elle s’est arrêtée pour lécher ma queue. “J’ai aussi lu des articles sur des femmes qui se touchent elles-mêmes… en bas”, dit-elle en chuchotant les deux derniers mots, comme si elle avait honte de penser à une telle chose. “Tu crois que je devrais essayer ça aussi ?”

Encore une fois, je me suis creusé la tête pour essayer de trouver la réponse appropriée à mon “personnage”. “Ce serait enfreindre un commandement”, ai-je dit sévèrement. “La masturbation est un péché.”

“Oh, ils ne vont pas m’envoyer en enfer si je le fais, juste pour cette fois, n’est-ce pas ?” Nicole a demandé, toujours avec sa douce voix de femme au foyer. Elle s’est levée, bloquant ma vue sur l’important match de hockey que je n’avais même pas remarqué depuis plusieurs minutes. Elle a commencé à remonter sa jupe. J’ai regardé ses jambes couvertes de bas se dévoiler, le haut des bas sur ses cuisses et les jarretelles attachées au porte-jarretelles autour de ses hanches. Elle avait le style des années 50, sauf qu’elle ne portait pas de culotte. Et, bien sûr, que sa chatte était complètement rasée. Je la voyais scintiller de son jus. Elle devait vraiment être excitée par tout cela.

Nicole a fait mine de regarder sous sa robe. “Oh mon, dit-elle innocemment, ai-je oublié de mettre ma culotte du mercredi ?”. Je fixais son entrejambe. Elle a remarqué que je regardais. “Nous le faisons toujours sous les couvertures avec la lumière éteinte”, a dit Nicole, “Tu n’as jamais vu les parties intimes d’une femme avant ?”. J’ai secoué la tête en disant non. “Laisse-moi te montrer”, a dit Nicole, en prenant la main qui ne tenait pas sa jupe et en écartant les lèvres de sa chatte pour moi. “C’est là que tu m’enfonces ton gros pénis dur tous les soirs”, a-t-elle dit en ouvrant grand sa chatte. “Et ça”, a-t-elle poursuivi en plaçant ses doigts sur son clitoris, “Cosmo a dit que toucher ça peut me faire… jouir”. Elle a prononcé le dernier mot en chuchotant ; comme si elle avait peur que Jésus l’entende. “Mmm…” gémit-elle en frottant sa main le long de son clitoris et des lèvres de sa chatte, “C’est vrai que ça fait du bien”.

Nicole s’est remise à genoux devant moi, la main toujours sous sa jupe. Elle a saisi ma bite dure avec son autre main. “Veux-tu que je continue à me toucher… en bas… pendant que je te fais une… pipe ?” demande-t-elle.

“S’il le faut”, ai-je dit en essayant de paraître dédaigneux et autoritaire mais en passant probablement pour un connard prétentieux, “Mais tu devrais aller directement te confesser après”. J’ai grimacé après avoir dit cela. J’ai grandi sans religion, et je n’étais pas sûr que ce soit les chrétiens qui fassent la confession. Est-ce que c’était les catholiques ? Y avait-il une différence ?

Si je me trompais, Nicole n’en parlait pas. “Oh, merci ma chérie !” Nicole a dit, puis elle a haleté. “C’est si bon !” Elle a redescendu sa tête sur mes genoux et a repris ma fellation. Elle a de nouveau haleté. “Être touchée comme ça, c’est si bon… Je veux que tu me touches comme ça… tous les soirs !” Nicole a dit entre deux léchages de mon pénis comme un cornet de glace.

Nicole faisait certainement la pipe non pas comme une femme au foyer timide qui n’en avait jamais fait auparavant, mais comme quelqu’un qui m’avait déjà fait, au moins, un nombre incalculable de pipes. Je me suis adossé au fauteuil inclinable et je l’ai laissée faire, écoutant le match de hockey les yeux fermés, entendant de temps en temps les bruits de la pipe ou de sa jupe alors qu’elle s’explorait avec ses doigts.

“Ugh”, gémit soudain Nicole, “je suis une mauvaise fille. Je me touche et je te suce… mais c’est si bon… c’est si… oh mon Dieu !” Elle a crié en jouissant, puis a repris ma bite dans sa bouche et l’a sucé à satiété alors qu’elle se doigtait pendant son orgasme.

“Mmm…” a-t-elle gémi lorsque son orgasme s’est calmé, “je suis une mauvaise fille…” a-t-elle marmonné…. “Je suis une… Je suis une sale fille…” dit-elle en portant la main qui était sous sa jupe à ses yeux. Je pouvais voir qu’ils étaient mouillés. “Je veux goûter à quel point je suis sale”, a dit Nicole, et elle a glissé ses doigts dans sa bouche. “Mmm…” dit-elle en levant ses doigts vers mes lèvres, “Goûte”.

J’ai pris ses doigts dans ma bouche, pour la goûter. “Oui, chérie”, ai-je dit, incapable de trouver autre chose à dire.

“Je veux être sale”, a dit Nicole entre deux léchages de ma queue, “je veux être la salope la plus sale de la ville. Je veux que tu jouisses sur mon visage.”

J’ai senti ma bite tressaillir quand elle a dit ça. J’ai repris ma voix de trou du cul prétentieux. “Tu es sûre ma chérie ?” J’ai demandé.

“Oui, chéri”, a-t-elle dit, “Ruine mon maquillage. Ruine ma coiffure. Ruine mes vêtements. Cumule sur moi.” Elle a pris ma bite, qui était complètement dure et luisante de sa salive, et a commencé à la caresser vigoureusement.

Je sentais mon orgasme monter. “Je vais jouir”, l’ai-je prévenue. Nicole est restée en place, le bout de ma bite pointant juste sur son menton. “Fais-le”, a dit Nicole, “Fais-le pour moi”.

Mes hanches ont commencé à se déhancher, et avec elles, le fauteuil inclinable a commencé à se balancer d’avant en arrière. Soudain, aucun de nous deux n’avait la moindre idée de l’endroit où mon sperme allait aller. J’ai senti le premier spasme et j’ai vu une giclée de sperme voler dans les airs et atterrir sur le front de Nicole. C’était en plein centre, juste au-dessus de l’arête de son nez. Quel coup ! Une deuxième giclée a atterri sur son menton. Je me suis effondré dans le fauteuil inclinable pendant que mon orgasme se calmait. Lorsque j’ai repris mes esprits, je me suis rendu compte que Nicole se frottait le visage avec mon sperme, ruinant son maquillage.

“Je suis une sale pute”, a marmonné Nicole, “je suis une sale, sale pute”. Elle avait certainement l’air d’un gâchis ; son visage était maintenant couvert de sperme et de maquillage barbouillé. Elle passe la main derrière elle et défait sa jupe, la laissant tomber sur le sol avant de l’enlever. Elle a défait les boutons de son chemisier, puis l’a enlevé. Elle se tenait maintenant devant moi avec ses bas noirs, ses jarretelles et son corset. Elle a commencé à défaire son corset, et j’étais contente qu’elle le fasse elle-même, parce que c’était le vêtement le plus compliqué que j’aie jamais vu, et beaucoup, beaucoup trop compliqué pour que je puisse l’aider. Nicole se l’est enlevé sans trop de problème et a commencé à caresser ses seins de taille C.

“Cosmo a dit que je pouvais aussi prendre du plaisir avec mes seins”, dit Nicole. “Mmm… ça fait du bien. Veux-tu toucher mes seins ?” Elle n’a pas attendu ma réponse. Elle a grimpé sur mes genoux dans le fauteuil incliné, à califourchon sur moi, et a poussé sa poitrine vers moi. J’ai obligeamment pris ses seins dans mes mains et j’ai commencé à les masser.

“Oh, chéri, gémit-elle, c’est si bon. Veux-tu les embrasser aussi ?” Elle a pressé sa poitrine contre mon visage, et j’ai pris un sein dans ma bouche, faisant tournoyer ma langue autour de son mamelon, qui s’est instantanément durci. Elle a commencé à frotter son bassin contre le mien, sa chatte rasée contre ma bite qui était encore dure. Soudain, par accident ou à dessein, je me suis retrouvé en elle.

“Oh”, s’exclame Nicole, “C’est tellement sale ! Nous faisons l’amour en dehors du lit conjugal.”

“Hah”, ai-je dit à son téton. Nicole a pris le rythme, se balançant d’avant en arrière contre moi, utilisant le mouvement de bascule du fauteuil inclinable à son avantage. À un moment donné, j’ai essayé de m’y mettre, en bougeant les hanches contre elle, et j’ai fait déraper le rythme. Après cela, j’ai laissé Nicole faire ce qu’elle voulait.

Le jeu de rôle a vraiment excité Nicole. Elle était plus excitée que d’habitude. Elle grognait et gémissait pendant qu’elle me baisait et que je suçais ses tétons. Quelques minutes plus tard, elle éjaculait à nouveau. D’habitude, elle se contrôlait plus ou moins, mais elle s’est mise à bafouiller lorsque son orgasme l’a frappée. “Oh mon Dieu, je t’aime tellement”, a-t-elle marmonné, “je veux avoir ton bébé”.

J’ai été surpris. J’ai attendu que Nicole dise quelque chose d’autre, mais lorsque son orgasme s’est calmé, elle s’est effondrée contre moi, se blottissant contre mon cou. Elle est restée contre moi en silence pendant un moment, tandis que je me demandais si elle pensait ce qu’elle venait de dire. Cela faisait-il partie de son “caractère” ? Était-elle tellement prise par le moment présent qu’elle n’était même pas consciente de ce qu’elle disait ?”

“Merci”, a fini par me murmurer Nicole à l’oreille. “Tu t’es bien amusée ?”

“Oui”, ai-je répondu, “la prochaine fois, je serai le capitaine Kirk et tu pourras être une fille d’Orion à la peau verte”.

Nicole a ri. “D’accord, marché conclu”, a-t-elle dit, et elle est descendue de moi pour aller se nettoyer.

Nicole n’a pas reparlé de ce qu’elle m’avait dit, mais je n’arrêtais pas d’y penser. Nicole venait d’avoir 35 ans. Son “horloge biologique” faisait-elle tic-tac ? Désirait-elle secrètement avoir un enfant et avait-elle peur de me le dire ? J’ai déjà une fille et j’ai toujours dit que je ne voulais pas d’autres enfants. Que se passerait-il si Nicole me reprochait de vouloir un enfant ?

J’ai commencé à vouloir en parler à Alice, mais j’étais rarement seule avec elle. Quand elle était là, nous étions toujours tous les trois. Malgré ce que Nicole avait dit quand nous avons emménagé, à savoir qu’Alice et moi étions ensemble quand Nicole n’était pas d’humeur, Nicole n’était jamais d’humeur. Même quand Nicole avait ses règles, elle insistait pour nous sucer toutes les deux jusqu’à ce que nous soyons toutes les deux endolories et que sa mâchoire lui fasse mal.

Par chance, quelques semaines plus tard, Nicole a dû quitter la ville pour une conférence de deux jours. Alice et moi allions être ensemble sans Nicole pour la première fois. En fait, nous n’allions pas tout à fait être seules. Nicole a insisté pour que nous attendions qu’elle revienne seule dans sa chambre d’hôtel afin qu’elle puisse regarder avec nous par Skype.

Alice est rentrée plus tard que moi, alors j’ai préparé le dîner ce soir-là. J’ai préparé du poulet grillé au barbecue avec du riz. Je n’étais pas une cuisinière, mais j’étais capable de faire de la nourriture comestible, au moins. Alice est rentrée et nous avons mangé. Je ne suis pas sûr pour Alice, mais j’ai ressenti l’absence de Nicole, comme un vide. Nicole devait appeler quand elle serait installée dans sa chambre d’hôtel, mais l’appel n’est pas venu avant que nous ayons fini de dîner. Il y avait un air d’attente, comme c’était généralement le cas lorsque nous allions faire quelque chose de différent. Je ne sais pas comment Alice se sentait, mais j’avais hâte de l’avoir pour moi tout seul pendant une nuit.

“Merci pour le dîner”, a dit Alice, et elle m’a embrassé, pressant son grand corps voluptueux contre moi, mais nous nous sommes arrêtés là, attendant l’appel de Nicole.

Nous nous sommes retrouvées assises dans le salon devant la télévision, comme deux adolescentes maladroites qui ont peur de faire le premier pas. Nous avons bavardé et regardé la télévision. Finalement, le téléphone a sonné. Nicole nous appelait pour nous dire qu’elle était prête. Nous sommes allées dans la chambre et Alice a posé son ordinateur portable sur la commode en face du lit. Elle a configuré le chat avec Nicole, et son visage est apparu sur l’écran.

“Wow, quelle longue journée”, dit Nicole, “pleine de réunions et de présentations pour lesquelles j’ai eu du mal à rester éveillée !”. Tu n’as pas commencé sans moi, n’est-ce pas ?”

“Non”, avons-nous dit Alice et moi, en nous jetant un coup d’œil.

“Bien”, dit Nicole. Alice et moi avons à nouveau échangé nos regards. J’étais soudain penaud. J’étais un voyeur, pas un exhibitionniste. Je me sentais un peu gêné que Nicole me regarde depuis un écran d’ordinateur. J’ai eu l’impression qu’Alice ressentait la même chose. “Quoi, vous êtes timides ou quoi ?” Nicole a demandé, et je voyais ses yeux faire des allers-retours entre nous. “D’accord, je vais commencer les choses”, a-t-elle dit, et elle s’est levée devant son ordinateur portable. Elle s’était déjà changée pour enfiler un peignoir d’hôtel blanc et moelleux. Elle a desserré le haut et a mis ses seins à nu devant la caméra. “J’ai été tellement excitée toute la journée, rien qu’en pensant à ça”, dit Nicole. “Pendant une pause, j’ai couru à la salle de bains et je me suis excitée. Je n’étais pas seule dans la salle de bains non plus.” Elle a pris un de ses seins dans sa main et a commencé à le caresser, l’approchant de la caméra.

Alice et moi nous sommes regardées, sachant que pendant que Nicole était occupée à coller son sein devant la caméra, elle ne pouvait pas nous voir. J’ai senti que nous avions les mêmes pensées contradictoires. Oui, nous voulions être ensemble. Oui, nous nous sentions tous les deux bizarres à l’idée d’être observés. J’ai décidé de prendre l’initiative. Je me suis approché lentement d’Alice et j’ai passé ma main le long de sa joue et de son cou. Alice m’a souri et je l’ai embrassée, doucement et tendrement.

“Bien”, dit Nicole. Je lui ai jeté un coup d’œil, elle était de retour sur sa chaise, ses mains caressant ses seins. Alice et moi nous sommes embrassées plus passionnément. J’ai commencé à passer mes mains le long de son dos et dans ses longs cheveux blonds.

Alice a rompu le baiser et a approché ses lèvres de mon oreille gauche, face à la caméra. Elle voulait sans doute faire croire à Nicole qu’elle embrassait mon cou et mon oreille, mais en réalité, elle me chuchotait. “Cela fait si longtemps que je te veux pour moi toute seule”, a chuchoté Alice, “Est-ce qu’on doit se donner en spectacle pour Nicole ou est-ce qu’on peut faire ce qui nous vient naturellement ?” Elle a approché ses lèvres des miennes et m’a embrassé à nouveau.

J’ai approché mes lèvres de l’oreille d’Alice et j’ai murmuré : “Moi aussi, j’ai envie de toi. Nous pouvons faire ce que nous voulons. Nicole pourrait prendre son pied en nous regardant nous brosser les dents.”

Alice a ri et l’a rapidement fait passer pour un souffle. Elle s’est retournée pour regarder Nicole et j’ai suivi son regard. Elle était toujours en train de nous regarder et de se caresser les seins. “Vous êtes tellement sexy ensemble”, a-t-elle dit, “commencez à vous déshabiller”.

Alice et moi avons à nouveau croisé nos regards. C’était une chaude soirée d’été, et nous nous étions toutes les deux changées de nos vêtements de travail avant le dîner. Je portais un t-shirt et un short. Alice portait un simple haut à bretelles spaghetti et un short. Elle ne portait pas de soutien-gorge et ses tétons étaient clairement visibles à travers son haut. Nous nous sommes rapprochées et nous nous sommes embrassées à nouveau, juste pour faire savoir à Nicole que nous n’allions pas suivre ses ordres. C’était notre soirée, et nous allions faire ce que nous voulions, quand nous le voulions. J’ai senti Alice se presser contre moi. Je pouvais sentir ses mamelons durcis contre ma poitrine et ses hanches contre ma queue qui durcissait. J’ai fini par attraper son haut et je l’ai fait passer par-dessus sa tête.

J’ai regardé Alice, maintenant torse nu, ses longs cheveux blonds couvrant le haut de ses seins en bonnet D. C’était une belle femme, mais pour moi, c’était un peu trop. C’était une belle femme, mais pour moi, elle était particulièrement belle à ce moment-là. Enfin, elle était à moi, et à moi seul. Je me suis soudain rendu compte que je la regardais attentivement et qu’elle me souriait d’un air incertain. Je lui ai souri en retour, puis j’ai comblé la distance et je l’ai embrassée passionnément, la serrant contre moi. Nous nous sommes embrassés encore un moment, puis Alice a tendu la main pour tirer mon t-shirt par-dessus ma tête. Nous nous sommes de nouveau embrassés et j’ai commencé à la guider lentement vers le lit. Nous avons atteint le bord et sommes montés dessus, Alice glissant vers l’arrière et moi sur elle jusqu’à ce que sa tête repose sur les oreillers. Nous nous sommes encore embrassées pendant que j’alignais mon entrejambe contre le sien. J’ai enfoncé mon entrejambe dans le sien tout en embrassant son cou et ses épaules. Je suis descendu et j’ai commencé à embrasser ses seins, à embrasser et à lécher jusqu’à son mamelon. J’ai embrassé et sucé son mamelon jusqu’à ce qu’il soit dur. Alice a sursauté et a passé ses doigts dans mes courts cheveux bruns. Elle a déplacé ma tête vers son autre sein et j’ai sucé son mamelon jusqu’à ce qu’il soit dur. Elle a ramené ma tête vers la sienne et nous nous sommes embrassées.

“C’est un mauvais angle !” J’ai entendu Nicole crier depuis l’ordinateur portable. “Je ne peux pas voir ce que tu fais !”

“Utilise ton imagination !” Je lui ai répondu en criant.

“Ugh, c’est un mauvais porno”, a dit Nicole, “j’ai besoin de plus d’angles de caméra”.

“Ne te plains plus, sinon je vais éteindre mon ordinateur”, a dit Alice. Nous nous sommes regardées dans les yeux, à quelques centimètres l’une de l’autre, et nous avons souri. J’ai recommencé à embrasser le long de son corps. J’ai embrassé et sucé chaque mamelon jusqu’à ce qu’il soit dur, puis j’ai commencé à embrasser son ventre. Lorsque j’ai atteint le haut de son short, je l’ai pris et j’ai commencé à le descendre lentement, en embrassant sa peau exposée au fur et à mesure qu’elle apparaissait, centimètre par centimètre. Alice ne s’était pas rasée récemment. Elle avait une ombre de cinq heures autour de sa chatte. J’ai retiré son short de ses jambes. Elle n’avait pas pris la peine de porter une culotte. J’ai posé ses chevilles sur mes épaules. J’ai caressé ses jambes nues et j’ai commencé à embrasser sa jambe droite, de la cheville à la cuisse. J’ai sauté sur sa cuisse gauche et je l’ai embrassée jusqu’à sa cheville. Je regarde Alice. Elle me regardait attentivement, ses mains touchant légèrement ses seins.

“C’est tellement sexy”, disait Nicole depuis l’ordinateur. “Je veux te regarder descendre sur Alice.”

J’ai regardé Alice et elle m’a fait un signe de tête. J’ai eu un éclair d’inspiration et je me suis déplacé sur le côté pour que Nicole puisse voir ce que je faisais. J’ai embrassé avec précaution les poils piquants autour de sa chatte. J’ai fait glisser un doigt le long de la chatte et du clitoris d’Alice, ce qui l’a fait gémir. J’ai posé ma bouche sur son clitoris et j’ai commencé à lécher et à sucer le bouton durci. Alice a haleté. J’ai glissé un doigt dans sa chatte humide et j’ai commencé à le faire glisser.

Un bruit a attiré mon attention et j’ai arrêté ce que je faisais pour regarder Nicole. Elle était en train de jouir, penchée sur son ordinateur portable, son visage juste à côté de la caméra. Je pouvais voir au mouvement de son bras qu’elle était en train de se friguer comme une folle. “Oh mon Dieu”, a-t-elle haleté, “j’adore vous regarder toutes les deux”.

Nicole se moquait toujours de moi quand je prenais mon pied rapidement en la regardant avec Alice. “Déjà ?” J’ai demandé.

“Contrairement à toi, je ne fais que m’échauffer”, a rétorqué Nicole, en se levant et en retirant son peignoir, de sorte qu’elle était maintenant nue. La caméra était dirigée vers son nombril, mais je pouvais clairement voir sa chatte. Elle a fait glisser son doigt le long de ses lèvres engorgées. “Tu vois comme je suis mouillée ?” Je l’ai entendue demander.

Ce n’était qu’un écran de 18 pouces, donc on ne pouvait pas vraiment voir autant de détails, mais j’ai fait preuve d’humour. “Oui”, ai-je dit, et j’ai reporté mon attention sur Alice. J’ai glissé mon doigt en elle et j’ai recommencé à lécher son clitoris. Alice a attrapé mon short et a commencé à le tirer. J’ai arrêté ce que je faisais pour pouvoir retirer le reste de mes vêtements, mon érection de 7 pouces se libérant.

“Je veux voir mon ami”, a appelé Nicole depuis l’ordinateur, “Amène-le moi”.

J’ai jeté un coup d’œil à Alice, puis je suis descendu du lit et me suis dirigé vers la commode. Tout comme avec Nicole, la caméra de l’ordinateur portable était plus ou moins pointée sur mon nombril, mais je suis sûr qu’elle a bien vu ma bite.

Nicole a ouvert la bouche et tiré la langue : “Mets-la ici”, a-t-elle dit, “Mets-la juste ici”.

Je me suis pris au jeu et je lui ai donné quelques coups. Nicole a de nouveau tiré la langue, comme si j’allais lui envoyer du sperme à 500 kilomètres de distance. Nous riions toutes les deux. Soudain, j’ai senti les mains d’Alice sur moi, qui me ramenaient vers le lit. “Désolée chérie, dit-elle à Nicole, il est tout à moi ce soir.”

Je suis tombé à la renverse sur le lit et Alice était à côté de moi, prenant ma bite dans sa main et la caressant. Elle s’est penchée et lui a donné quelques coups de langue. Puis elle a fait quelque chose de nouveau. Elle a pris ses gros seins en forme de bonnet D dans ses mains et s’est penchée jusqu’à ce qu’ils soient de part et d’autre de ma bite. Elle a commencé à les faire glisser le long des côtés de ma bite.

“Oh mon Dieu”, ai-je haleté, “c’est si bon”.

“Baise-le !” J’ai entendu Nicole crier. “Baise-le avec tes seins !”

Alice et moi avons de nouveau croisé nos regards. “Je veux que tu sois en moi”, a-t-elle dit, et elle a tendu la main vers la table de nuit pour trouver un préservatif. Alice ne prenait aucun moyen de contraception. Elle me l’a tendu, je l’ai déballé et je l’ai mis.

“Monte-le !” Nicole a crié. “Non… Prends-la en levrette… ugh !” Juste comme ça, Nicole était en train d’orgasmer à nouveau, son imagination sale et sauvage s’envolant avec elle.

Alice s’est allongée sur le lit et j’ai grimpé sur elle. Je l’ai embrassée et j’ai aligné ma bite contre sa chatte. Je l’ai fait glisser le long de son clitoris deux ou trois fois, puis je l’ai poussée lentement dans sa chatte. Alice a sursauté quand je l’ai enfoncée jusqu’au bout. “Vas-y doucement”, dit-elle, “je veux tout sentir”. Je l’ai obligée, en me retirant complètement d’elle, puis en me glissant lentement jusqu’à l’intérieur. “Ahh…” Alice soupire, “Je peux sentir chaque centimètre de toi”.

J’ai embrassé Alice tout en continuant notre lente baise. Dans… et… dehors… dans… et… dehors. Le rythme était presque hypnotique et je commençais à perdre la notion du temps. Nicole était manifestement silencieuse et je me demandais si nous ne l’ennuyions pas. Lorsque j’ai été complètement à l’intérieur d’Alice, j’ai commencé à remuer les hanches, essayant de la pénétrer un peu plus. Elle a commencé à remuer ses hanches contre moi. Au bout d’un moment, je suis resté à fond en elle, en faisant des mouvements de va-et-vient par petites étapes, en me concentrant sur le glissement de la pointe de mon pénis le long des parois arrière de sa chatte.

J’ai dû faire quelque chose de bien, parce que soudain Alice a haleté. “Oh oui, c’est le bon endroit”, a-t-elle gémi. “Juste là… continue à faire ça… oh ouais… c’est si bon”. Elle a commencé à se déhancher contre moi, et j’ai continué à me concentrer sur ce que je faisais. “Ugh !” Alice a crié. “Ugh… ugh… ugh… oh mon Dieu… oh oui… ugh…” Elle se déhanchait sauvagement, et c’était tout ce que je pouvais faire pour me maintenir en elle. Finalement, elle est retombée contre le lit. “Oh mon Dieu”, a-t-elle murmuré, “je n’ai jamais joui comme ça avant”.

J’ai tendu la main pour écarter une mèche de ses cheveux blonds de son visage et je l’ai embrassée. J’ai recommencé à la baiser, plus rapidement maintenant, en faisant glisser ma bite en elle et hors d’elle. Alice a sursauté. “C’est tellement bon”, dit-elle. “Baise-moi à fond maintenant”.

J’ai accéléré le rythme. Sentir Alice jouir m’excitait vraiment. Je sentais mon orgasme monter. “Ugh”, j’ai grogné, “je vais jouir”.

“Joue en moi”, a dit Alice, et elle a enroulé ses jambes autour de moi pour me maintenir en place. J’ai grogné lorsque mon orgasme a frappé, et j’ai envoyé charge après charge de sperme dans le préservatif enfoui dans sa chatte. Cela a dû durer trente secondes. J’ai senti Alice se déhancher lorsque mon orgasme a déclenché une réplique. Je me suis finalement effondré contre elle, épuisé.

“Oh ouais !” J’ai entendu Nicole crier théâtralement. “C’était génial, même si j’ai dû fixer le cul de Fred pendant tout ce temps”. Nous avons tous ri. “Bon les gars, dit Nicole, j’ai eu une longue journée. Je vais m’en aller et me reposer un peu. Je veux un rapport complet de tout ce que vous ferez d’autre à mon retour. Je vous aime !”

“Je vous aime aussi”, avons-nous dit Alice et moi, mais nous nous regardions fixement. Notre regard ne s’est pas arrêté. Finalement, Alice a rompu le regard pour regarder l’écran de l’ordinateur portable. “Ok, elle est partie”, dit Alice. Elle m’a donné un coup de coude sur l’épaule. J’ai fait glisser mon pénis flétri hors d’elle et je me suis mis en position assise à côté d’elle. Elle s’est assise, face à moi. “Je t’aime Fred”. Elle a dit.

J’ai sursauté, mais je n’ai pas hésité. “Je t’aime Alice”, ai-je répondu.

Elle a souri, puis elle a baissé les yeux. “Voilà le truc”, a-t-elle dit en traçant des petits cercles sur la feuille devant elle, “je veux avoir un enfant un jour”.

J’ai senti tout mon corps se dégonfler. J’avais dit suffisamment de fois à Nicole et à Alice que je ne voulais plus d’enfants. Je craignais que ce jour arrive, que Nicole ou Alice me dise qu’elles voulaient elles aussi des enfants. C’était le moment. C’était le moment de vérité. C’était l’ultimatum. J’avais la tête qui tournait.

“Écoute-moi, Fred”, dit Alice. “Ça ne se passera pas comme avec ton ex-femme. À nous trois, nous n’aurions jamais les problèmes financiers que tu as eus. Même si je prenais des congés pour m’occuper du bébé, nous aurions toujours deux revenus. Il y aurait toujours une personne supplémentaire pour aider à s’occuper du bébé. Je te demande de bien vouloir y réfléchir.”

“Et Nicole ?” J’ai demandé. “Et si elle ne veut pas en faire partie ?”

“Je ne lui ai pas encore parlé”, a répondu Alice, “j’ai pensé que je devais t’en parler d’abord, puisque tu étais la plus importante à convaincre. Elle ne m’a jamais parlé de son désir d’avoir des enfants. Vous n’en avez jamais parlé toutes les deux ?”

“Eh bien… non… pas vraiment”, ai-je répondu, bien que je me souvienne de l’incident survenu il y a quelques semaines, lorsque Nicole avait marmonné qu’elle voulait avoir mon bébé dans les affres de la passion. J’en ai parlé à Alice.

“Alors peut-être que oui”, a dit Alice, “je pense que si c’est le cas, elle devrait y aller en premier”.

Cela m’a vraiment mis la puce à l’oreille. Nous parlions maintenant de deux enfants. J’aurais trois enfants en tout… tous avec des mères différentes. Si les choses ne fonctionnaient pas avec l’une ou l’autre d’entre elles à long terme, cela signifierait plus de pension alimentaire pour les enfants… plus de calendriers de visite. J’avais l’impression que ma vie devenait incontrôlable. Je n’arrivais même pas à dire quoi que ce soit. Je me contentais de fixer Alice, complètement muette.

“Ce n’est que justice”, poursuit Alice, “elle est plus âgée. J’ai tout mon temps.”

Bien sûr, c’était parfaitement logique, me suis-je dit, sauf que cette idée était de la folie. De la folie pure. De la folie pure et simple.

Alice a continué à parler : “Même si j’aime nos exploits sexuels sauvages et expérimentaux,” a-t-elle dit, “il n’y a pas que le sexe dans la vie. Je veux fonder une famille. Ta fille. Nos enfants. Cela peut paraître fou, et je suis sûre que cela semblera fou à la plupart des gens, mais je crois que nous pourrions faire en sorte que cela fonctionne.”

Alice se montrait calme et rationnelle et me paraissait très logique. À ma grande surprise, je commençais à sentir ma détermination faiblir. J’aimais Alice, et elle avait raison. Nous ne pouvions pas continuer ainsi indéfiniment, même si le sale pervers qui sommeille en moi le souhaitait. J’ai réfléchi à la raison pour laquelle l’idée d’avoir d’autres enfants me faisait si peur. Je savais exactement pourquoi cela n’avait pas marché pour moi la première fois. Mon ex-femme paresseuse a utilisé notre enfant comme excuse pour quitter son travail, même si je n’avais pas les moyens de payer notre style de vie tout seul. Nous avons fini par nous ruiner et elle a divorcé. Alice avait raison. Ça ne se passerait pas comme ça cette fois-ci. J’avais une deuxième chance de faire les choses correctement.

Alice me regardait fixement. Elle avait fait toute la conversation et commençait probablement à s’inquiéter du fait que je ne disais rien. Finalement, je lui ai souri d’un air incertain. “Je pense que nous devrions parler à Nicole avant de trop nous emballer”, ai-je finalement dit, “Mais oui, je pense que tu as raison, à propos de tout”.

Alice a jeté ses bras autour de moi et m’a embrassé. Elle avait les larmes aux yeux. “Tu verras”, a dit Alice. “Tout ira bien.”

Et c’est ce qui s’est passé. Ça n’a pas toujours été merveilleux, mais nous avons traversé cette épreuve ensemble. Cinq ans plus tard, j’étais père de quatre enfants. Ma fille issue de mon mariage avait neuf ans. Ma fille avec Nicole avait quatre ans, et Alice et moi accueillions dans le monde nos jumeaux.

trouple de voyeurs très coquins je te propose une cam erotique. je suis le genre de femme à adorer se promener en tenue legere dans la rue et je n'ai aucun probleme de pudeur à me deshabiller devant ma cam. ça m'est deja arrivé de faire du vélo sans string et en jupe ? je maitrise pas mes ejaculation feminine donc je peux prevoir à l'avance si ça va arriver, bon c'est clair ça depend aussi bcp du mec que j'ai en face de moi.j'adore me branler dans mon lit quand il fait pleut dehors, mais j'avais envie de partager mes orgasmes avec qqn. Si t'es en couple, evite de venir me parler quand ta nana est dans l'appart, j'ai deja eu des pbs avec des hommes mariés, je tiens pas du tout à ce que ça recommence, je suis pas là pour me prendre la tete, ni pour regler vos pbs de couples ou faire face à une hysterique jalouse.